ART | EXPO

Unnamed Feelings

20 Jan - 25 Fév 2017
Vernissage le 20 Jan 2017 à partir de 18:00

L’exposition « Unnamed Feelings » réunit à la galerie 22,48 m², à Paris, plusieurs œuvres de Caroline Delieutraz. Des installations faisant appel à la photographie, la vidée ou encore la sculpture explorent les images : leur naissance, leur circulation et leur exploitation.

L’exposition « Unnamed Feelings » à la galerie 22,48 m² présente des œuvres de Caroline Delieutraz : des installations qui poursuivent son exploration des images.

Les œuvres de Caroline Delieutraz sont reliées par un thème commun qui est la vie des images, de leur origine, c’est à dire leur création et les conditions de leur irruption dans le champ public, à leur circulation, leur capture, leur exploitation et leur manipulation éventuelle. L’ensemble de ses créations forme un réseau au sein duquel des signes récurrents sont déclinés en de multiples variations d’une œuvre à l’autre.

Les installations de Caroline Delieutraz explorent les notions d’image, de collection, de circulation

L’installation Pandinus Dictator explore une des notions importantes dans la recherche autour de l’image que mène Caroline Delieutraz : la notion de collection. On y retrouve également la toile qui est l’un des signes traversant son œuvre. Présentée pour la première fois, cette installation est fondée sur la fascination qu’inspire communément les animaux dangereux. Les photographies individuelles de quatre-vingt-quatorze scorpions appartenant à l’espèce, aussi protégée que rare et toxique Pandinus Dictator ont été réalisées à l’automne 2015, par Caroline Delieutraz dans la zone de quarantaine de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle où ils avaient été saisis.

Huit de ces portraits sont présentés dans l’exposition. Chaque photographie est entourée d’un cadre sur lequel est gravé un diagramme de compétences, semblable à ceux que l’on trouve dans les jeux de rôle. Comme sur les cartes de personnages de jeux de rôle à collectionner, chaque spécimen est évalué selon les critères « Venin », « Force », « Résistance », « Morphologie » et « Sang-Froid ». Une classification qui met en valeur leurs caractéristiques individuelles tout en entérinant un rapport d’humain à objet.

La circulation des images dans la cyberculture et la culture populaire

Une vidéo complète les photographies : on y découvre les images de multiples objets en forme de scorpion trouvées sur Internet, ainsi que des extraits de forums de collectionneurs de reptiles et des captations vidéo de la réalisation des photographies. Dans ce making-of est souligné le rôle de la main plaçant les scorpions dans une position qui les rende le plus photogéniques possibles. Un geste qui renvoie à la fabrication et à la manipulation des images et fait écho à de nombreuses œuvres précédentes de Caroline Delieutraz.

Les notions de classification et de collection sont aussi centrales dans les installations Embedded Files et Blue Skins. Cette dernière est inspirée par un thème récurrent de la cyberculture qui s’est propagé dans la culture populaire : celui d’un nouveau corps idéalisé, sans entrave physique car virtualisé. Ce corps est souvent caractérisé par la couleur bleue. L’œuvre Blue Skins est une série de tirage pigmentaires à travers lequel sont répertoriés, par ordre d’apparition, les per­sonnages à la peau bleue tirés de fictions, qu’il s’agisse de bandes dessinées, de dessins animés ou de films. Une œuvre qui illustre la permanence de schémas, la circulation mais aussi les mutations et les emplois successifs des images.