DESIGN | EXPO

Submersion, DDays 2017

02 Mai - 14 Mai 2017
Vernissage le 02 Mai 2017

Les Arts décoratifs présentent «Submersion», une exposition proposée par les D’Days et Panerai, réunissant onze designers autour du thème de la mer et de son imaginaire.

Dans le cadre des D’Days, les Arts décoratifs accueille l’exposition «Submersion» consacré à la mer et à son imaginaire. Onze designers, Damien Gernay, David Bowen, Grethe Sørensen, Tora Urup, Joran Briand, Brynjar Sigurðarson, François Dumas, Luca Nichetto et Nendo, Alcarol, Antoine Boudin, et Charles Carmignac, présentent des pièces illustrant la fascination ancestrale pour la mer, et l’imaginaire qu’elle suscite. Trois grands thèmes ont été retenus : la surface de la mer, les fonds marins, et les souvenirs de la mer.

«Submersion» : David Bowen

Parmi les designers invités à présenter leurs créations sur le thème de la mer, le designer américain David Bowen propose de découvrir 46°41’58.365″ lat. -91°59’49.0128″long, une série de cinq créations à la croisée du design et de la technologie.

Le titre même de cette création fait explicitement référence à l’endroit où des données concernant les mouvements de la surface de l’eau ont été collectées, et donnés lieu ultimement à la série 46°41’58.365″ lat. -91°59’49.0128″long. Un engin autonome survolant le Lac supérieur a en effet pris une série de clichés de la surface de cette étendue d’eau. Ces différents clichés montrent le même endroit, à des jours différents, et dans des conditions climatiques différentes. Les images recueillies ont été converties en modèles tridimensionnels grâce à un logiciel libre d’accès, puis insérés dans des cylindres en acrylique transparents, au moyen d’un routeur CNC. Une telle démarche a donc permis de saisir les mouvements incessants des vagues en une forme tranparente et figée.

«Submersion» : Damien Gernay

Représentation plus traditionnelle du rapport à la mer, Mer noire de Damien Gernay est une table basse de couleur noire, inspirée par le mouvement des flots. Ici, Damien Gernay joue du registre du pouvoir d’évocation des éléments naturels. Le mouvement des flots, sans cesse changeant, peut aussi bien fasciner qu’épouvanter. L’intention première fut certainement de saisir ces changements brusques et furtifs en utilisant un matériau particulier, le cuir. Matière vivante et malléable, la texture du cuir permet de traduire les divers aspects perçus de l’eau. Creux et arêtes du cuir travaillé évoquent tout à la fois la fluidité de l’élément liquide et la dureté de la pierre, composant une sorte d’instantané photographique de la surface de la mer. Dès lors, les variations de lumière sur le plateau de la table gainé de cuir semblent animer celui-ci, et suggérer ce qui peut se dissimuler sous cette surface noire.

«Submersion» : Brynjar Sigurðarson

Présenté par le designer islandais Brynjar Sigurðarson et le studio espagnol PCM design, The Glacier Project conjugue design et souci de l’environnement. The Glacier Project est une série de bougies en forme de glacier qui, allumées redeviennent cire, à la manière des glaciers qui fondent inexorablement sous l’effet du réchauffement de la planète. The Glacier Project se présente sous forme d’une série de cinq bougies de couleur patel turquoise qui, disposes les unes à côté des autres forment une vue d’ensemble d’icebergs miniatiures. L’eau est ici source d’angoisse.

«Submersion» : Luca Nichetto et Nendo

Conçue par le designer italien Luca Nichetto et le groupe de travail Nendo fondé par l’architecte japonais Oki Sato, la lampe de table Kurage représente un animal aquatique à l’origine de nombreux fantasmes, la méduse.

Le nom japonais de cette création, qui signifie méduse, représente donc cet animal sous une forme aérienne, étant fabriquée en papier Washi. Et cette impression ne manque pas d’être renforcée par la lumière diffuse de cette lampe. Le diffuseur est est d’ailleurs posé sur une structure transparente destinée à garantir l’absence d’ombres. La fabrication de Kurage recourt à un procédé développé par AOYA, seul producteur japonais de papier Washi en trois dimensions entièrement fait à la main. Des fibres de mûrier permettent de fabriquer un papier lisse et poreux à la fois qui filtre la lumière, créant ainsi une atmosphère apaisée et quiète. Kurage dispose de quatre pieds en bois de frêne finement dessinés. Le porte-lampe est en céramique blanche et le câble électrique est gainé d’un bas en fibre de papier.