DANSE | SPECTACLE

Scandale

14 Jan - 17 Jan 2017
Vernissage le 14 Jan 2017

Dans le cadre du festival « Suresnes cités danse », Pierre Rigal présente sa nouvelle création, Scandale. Soulignant l’idée même de soulèvement, Scandale est une pièce qui met en avant la scansion, le souffle, la respiration des interprètes comme source vitale du mouvement.  

Pierre Rigal peut être considéré comme un familier du festival « Suresnes cités danse ». Scandale est en effet sa troisième création, après Asphalte en 2009 et Standards en 2012, cette dernière ayant été présentée à l’occasion de la vingtième édition de ce festival.

Récits

Loin d’être de simples pamphlets sociaux et politiques, les spectacles de Pierre Rigal sont toutefois marqués par la volonté de se confronter aux réalités du temps. En 2009, Asphalte abordait ainsi la violence endémique sinon désormais constante qui traverse nos sociétés, notamment nos villes, et les formes de dépendance qu’elle suscite : scènes d’émeutes et d’arrestations peuvent alors se succéder sur scène.

Quelques années plus tard, Standards prend à bras le corps le débat et la controverse sur l’identité nationale sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Pierre Rigal n’a pas alors manqué de faire part de sa réserve : « ce débat était surtout tourné vers ce qu’on n’est pas, il était vain car être français est une notion dynamique dans le temps qui fait appel tout aussi bien aux souvenirs qu’à la poésie. »

Pierre Rigal s’accaparait alors ce symbole politique et historique qu’est le drapeau tricolore pour en faire un « territoire de danse » sur lequel évoluent les danseurs. Ainsi souhaitait-il simplement attirer l’attention sur une question de société essentielle, sur nos différences et l’obligation du vivre ensemble, sur l’identité de chacun et son rapport à l’identité collective. Jeux d’imitations entre les danseurs, engrenages qui conduisent certains à suivre un chef, la pièce donnait à voir une représentation symbolique dansée de la société.

Qu’il s’agisse d’Asphalte ou de Standards, les créations de Pierre Rigal se fondent généralement sur un récit qui, reconnaît-il, n’est autre qu’« un moyen pour faire passer des émotions, des idées » et n’entend aucunement rivaliser avec celles jouées au théâtre. Il adopte une forme de récit « floue, ouverte » laissant au spectateur la possibilité de compléter l’histoire ainsi esquissée.

Scandale

Les pièces de Pierre Rigal trouvent leur origine dans un mot et Scandale ne fait aucunement exception à cette règle. Pièce écrite pour six danseurs et un percussionniste, Scandale tient à souligner l’idée de soulèvement. Le mot scandale ne renvoie-t-il pas à l’idée d’indignation publique ? Ne signifie-t-il pas à la fois « ce qui entrave » et, au sens figuré,  scander ou « marquer, souligner fortement » ?

Pierre Rigal l’affirme : « Les danseurs vont scander. On entendra leur respiration et leurs rires. » Car Scandale est une pièce dans laquelle le travail sur le souffle et le mouvement est premier. Le souffle se révèle l’origine vitale du mouvement et doit se faire entendre. Accompagné par une musique simple et claire, Scandale veut libérer le souffle jusqu’à ce que l’intensification progressive et rythmée de la respiration des danseurs emplissent l’espace de la scène, et touche à la transe.