DANSE | SPECTACLE

Les Hivernales | Ecce (H)omo

13 Fév - 13 Fév 2019

Avec Ecce (H)omo, le chorégraphe brésilien Pol Pi livre un solo sensible, en forme d'hommage à la chorégraphe Dore Hoyer. Une création qui se déploie à partir de la pièce Afectos Humanos (1962), soit la succession de cinq séquence dansées, explorant cinq émotions humaines fondamentales.

Si Roland Barthes et Michel Foucault ont depuis longtemps théorisé la mort de l’auteur, il n’en reste pas moins que le nom des artistes sert souvent de constante référentielle. Cette pression, le chorégraphe Pol Pi (Cie No Drama) ne s’y soumet pas. Paula Pi, Paul/a Pi, Pol Pi… Les transitions de genre passent aussi par les noms. Et étrangement, il est parfois plus facile de métamorphoser la chair, que de changer les mots — y compris l’état civil. Solo chorégraphique, avec Ecce (H)omo (2017) Pol Pi plonge dans la complexité humaine : celle des émotions. Pour base, la performance prend cinq séquences chorégraphiques créées en 1962 par la chorégraphe allemande Dore Hoyer. À savoir Afectos Humanos, la réunion de cinq danses, d’environ cinq minutes chacune, autour de cinq émotions. Cinq émotions qui, en 1962, auraient pu s’apparenter aux cinq émotions fondamentales — à l’instar des cinq sens.

Ecce (H)omo de Pol Pi : un solo en forme d’hommage à la chorégraphe Dore Hoyer

L’orgueil, l’avidité, la haine, la peur et l’amour… Ce sont les cinq affects humains que rejoue Pol Pi avec Ecce (H)omo. Voici l’homme. Telle est la traduction de cette locution latine. Une parole prêtée au préfet Ponce Pilate, face à la foule se réjouissant des souffrances de Jésus, battu avant d’être crucifié. Moment édifiant de la religion chrétienne, ecce homo incarne aussi la défiance vis-à-vis des émotions collectives. Orgueil, avidité, haine, peur, amour… Pol Pi se glisse progressivement dans les gestes de Dore Hoyer, y ajoutant également la parole. Qui parle ? Pol Pi, Paula Pi, Dore Hoyer ? Jeu d’identités et d’auteurs troubles… Jeu de multiplicités à l’intérieur du singulier, le chorégraphe brésilien déploie une danse fine, sensuelle, aux accents orientaux. Peut-être l’influence des jeux de mains du théâtre balinais, tel qu’il aura influencé les artistes occidentaux des années 1930 — à l’instar d’Antonin Artaud, notamment.

Ecce (H)omo et Afectos Humanos : cinq émotions humaines au prisme de la danse

Jeu de mime délicat et changeant, Ecce (H)omo glisse d’un personnage à l’autre. Seul sur une scène dépouillée, dans sa sobriété Pol Pi met en avant la texture émotionnelle. Telle qu’elle frissonne et se propage dans les gestes, dans les vibrations d’une voix. Tout en se réservant comme point d’orgue la sensualité de l’amour. Figure aussi fine qu’androgyne, Pol Pi (alias Paula Pi ou Paul/a Pi) réinterprète les cinq séquences d’Afectos Humanos. Tandis qu’au fil de la performance semblent s’esquisser les contours de la chorégraphe expressionniste allemande Dore Hoyer (1911-1967). Est-il possible d’établir un lien intime avec une personne décédée en se glissant dans ses gestes, ses mots, ses cheminements ? Jeu de croisements et de superpositions, à la suite d’Afectos Humanos, Ecce (H)omo ausculte la mécanique en acte des émotions humaines. Pour une performance minimaliste et délicate, explorant autant les catégories qu’elle les bouscule.