DESIGN | EXPO

Elémentaire

09 Déc - 28 Jan 2018
Vernissage le 09 Déc 2017 à partir de 11:00

Dans le cadre de son festival consacré à l'image et aux arts graphiques, la galerie Fotokino présente une exposition monographique de l'artiste, illustrateur et graphiste Philippe Weisbecker. "Elémentaire" réunit ainsi des œuvres cultivant l'épure tout sauf puriste, la perspective bancale et le coloriage savamment naïf. Un monde tout autant imprégné d'arts appliqués qu'en porte-à-faux avec les codes du genre.

Avec l’exposition « Elémentaire », la galerie marseillaise Studio Fotokino rend hommage au travail de l’illustrateur et graphiste Philippe Weisbecker. Dans le cadre de son festival annuel Laterna Magica, dédié aux arts de l’image, Fotokino éclaire ainsi toute la zone comprise entre graphisme, illustration et arts plastiques. Cette année, le point d’articulation du festival s’enroule autour d’une exposition monographique consacrée à Philippe Weisbecker. Soit un artiste français plus connu aux États-Unis qu’en France. L’occasion de découvrir une œuvre dessinée sobre, minimaliste sans être froide, simple sans être simpliste, et étrangement attrayante. Défis lancés à la perspective et au dessin technique, les tracés de Philippe Weisbecker cultivent l’épure graphique. Ligne claire conjuguant droites et effets de tracés à main levée, l’esthétique de Philippe Weisbecker déjoue l’orthogonalité. Une épure tout sauf puriste.

« Elémentaire » de Philippe Weisbecker : apprendre et désapprendre les règles

Illustrateur pour le New York Times, Time magazine, The New Yorker… Philippe Weisbecker a développé un style naïf au fil d’une longue expérience. Né à Dakar en 1942, Philippe Weisbecker a étudié le design d’intérieur aux Arts Décoratifs de Paris. Diplôme en poche, il devient immédiatement responsable du département graphique du Commissariat au Tourisme Tunisien. Deux ans plus tard, il émigre aux États-Unis, comme dessinateur dans un cabinet d’architecte. Il commence alors à publier des illustrations dans les journaux. Puis il revient faire escale à Paris pour enseigner aux Arts Décoratifs. Pour mieux retourner ensuite s’installer à New York et se consacrer à l’illustration pour la presse et l’édition. Newsweek, The Village Voice, Esquire, Libération, Le Monde, Vogue Japon… Les graphismes de Philippe Weisbecker se déploient sur papier, au crayon, avec parfois des coloriages au crayon de couleur. Créant ainsi un univers graphique à la fois ludique et rassurant.

Une naïveté étudiée, des matériaux élémentaires (papier, carton, crayons…)

De ce parcours hanté par les chartes, normes, cotes et perspectives exactes, Philippe Weisbecker a tiré une création déliée. À partir de 1990, il se consacre à la création graphique libre : sans passer par la commande. Son travail de dessin sur papier articule ainsi objets, architecture et urbanisme. En 2012, par exemple, il publie Greenhouse Studies : un livre consacré à ses dessins de serres botaniques. Il crée également des maquettes en carton colorié, aux perspectives tout aussi étonnantes. Sobriété naïve et bancale, moyens pauvres et ludiques… À partir de l’Elémentaire le plus rudimentaire, Philippe Weisbecker fait naître un monde graphique magnétique. Appliquant des méthodes issues des Arts Appliqués, par le dessin Philippe Weisbecker répertorie, inventorie et recense les objets usuels, ordinaires, voire désuets. Pour mieux gratter leur fonctionnalité et mettre au jour leur beauté brute. Une beauté à découvrir ou retrouver dans l’exposition monographique « Elémentaire ».