PHOTO | EXPO

Prises d’air

12 Jan - 09 Mar 2019
Vernissage le 11 Jan 2019

L’exposition « Prises d'air » au Portique, au Havre, réunit des photographies de Patrick Tosani à travers lesquelles celui-ci explore l'espace photographique et questionne le réel. La force de l’image se manifeste dans les fragments d’objets, de corps, d’architecture qu’il capte avec objectivité.

L’exposition « Prises d’air » au Portique, centre régional d’art contemporain du Havre, présente les photographies de Patrick Tosani, des reflets objectifs du réel qui explorent les potentiel de l’image.

« Prises d’air » : la photographie objective de Patrick Tosani

La pratique photographique de Patrick Tosani, qu’il développe depuis une vingtaine d’années, après une formation en architecture, repose sur le recours revendiqué aux « moyens les plus objectifs » de ce medium. C’est en utilisant les possibilités offertes par la photographie de rendre compte avec exactitude de la réalité que Patrick Tosani sonde la force de l’image. Evitant tout effet visuel et manipulation du rendu, il vise ‘objectivité à travers « la précision, la frontalité des prises de vue, la netteté, la couleur, l’agrandissement ».

Patrick Tosani explore l’espace photographique

Réalisées le plus souvent en séries, les photographies de Patrick Tosani ont pour but d’explorer l’espace photographique. Pour cela, il y met en scène des objets manufacturés et des corps qu’il isole puis fragmente. Ainsi, le cliché intitulé Prise d’air V, réalisé en 2012, montre la moitié d’un ventilateur qui a été précisément scindé en deux, seuls de la poussière et quelques débris occupant la place de la moitié manquante. Ailleurs s’affichent des morceaux de cuillères, de vêtements, de chaussures, ou encore des extrémités de corps humains, chevelure, ongles, pieds…

Les photographies de Patrick Tosani rejouent le réel sans l’imiter

La démarche de Patrick Tosani vise moins à montrer l’objet dans sa plus simple vérité qu’à en dévoiler une nouvelle facette : en l’isolant, en le captant au plus près ou encore en le détachant sur un fond neutre, il le défait de son identité pour lui donner une apparence qui nous trouble et nous surprend. Ainsi, tout en s’appliquant à une représentation des plus objectives du réel, les images de Patrick Tosani questionnent celui-ci, le redimensionnent, le fragmentent et le rejouent sans l’imiter.