DESIGN | EXPO

Japon-Japonismes. 1867-2018

15 Nov - 03 Mar 2019
Vernissage le 14 Nov 2018

Tandis que Paris vibre à l'heure du Japon avec Japonismes 2018, le MAD (Musée des Arts Décoratifs) entre dans la ronde avec l'exposition "Japon-Japonismes. 1867-2018". Un périple à travers l'espace et le temps, du Japon de l'Ère Meiji à aujourd'hui, à travers quelques 1500 pièces.

L’année 2018 est marquée par Japonismes. Un évènement en forme d’hommage aux relations diplomatiques nippo-françaises. Célébrant le cent-soixantième anniversaire du Traité d’amitié et de commerce entre la France et le Japon (signé en 1858 à Edo), Japonismes offre surtout l’occasion d’une plongée culturelle. Arts, design, danse, théâtre… Toute la ville de Paris palpite au rythme de la création japonaise, de l’ère Meiji (1868-1912) à aujourd’hui. Côté design et arts déco, le MAD (Musée des Arts Décoratifs de Paris) inaugure une exposition au diapason : « Japon-Japonismes. 1867-2018 ». Une occasion privilégiée de plonger dans les collections du MAD, en lien avec le Japon. Pièces d’art japonais ancien, mises en regard avec des créations japonisantes occidentales… Pièces de design contemporain, créées par des designers nippons ou des artisans français invités au Japon… À travers cent-cinquante années de collection s’esquisse l’histoire d’une relation.

« Japon-Japonismes. 1867-2018 » : le Musée des Arts Décoratifs passe à l’heure japonaise

D’une époque où la traversée France-Japon durait plusieurs semaines, à aujourd’hui, où le trajet dure quelques heures : voyage au pays d’un espace-temps en contraction. Par ailleurs, l’exposition « Japon-Japonismes. 1867-2018 » ne présente pas seulement des pièces de la collection du MAD. Elle est également ponctuée de prêts d’institutions, de créateurs et de collections particulières. Pour une déambulation distillant notamment des pièces d’Oki Sato, designer nippo-canadien fondateur du studio Nendo (Tokyo / Milan). Ou encore, des pièces des sept artisans d’art français ayant participé à l’exposition « Wonder Lab », au Musée National de Tokyo en 2017. À savoir Jean Girel (céramiques paysagères) ; Michel Heurtault (parapluies couture) ; Sylvain Le Guen (éventails contemporains) ; Laurent Nogues (imprimerie graphique) ; François-Xavier Richard (papier-peints artisanaux) ; Pietro Seminelli (textile et art du pli) ; Nelly Saunier (plumasserie). Et réunissant quelques mille-cinq-cents pièces, l’exposition rend compte de la diversité des époques, media et approches.

Sur 3 niveaux du MAD : plus de 1500 pièces (design, artisanat, photo, objets, mode…)

Scénographiée par Sou Fujimoto, architecte minimaliste japonais, « Japon-Japonismes. 1867-2018 » se déploie sur trois niveaux du MAD. Objets d’art et de design, photo, mode, arts graphiques… L’exposition s’articule selon cinq thématiques : « les acteurs de la découverte », « la nature », « le temps », « le mouvement » et « l’innovation ». Pour une exposition qui coïncide également avec la dynamique évolutive du Musée des Arts décoratifs, inauguré en 1864. Avec le thème « mouvement », par exemple, ce sont les racines du design contemporain qui se déploient dans le flux de la modernité. Et de Charlotte Perriand (Chaise longue basculante, 1940) à Sori Yanagi (Butterfly Stool, 1956) : le MAD offre une incursion dans l’épure minimaliste inspirée du mouvement Mingei. Tandis que le dernier thème, « innovation » conjugue artisanat traditionnel et technologies de pointe. Jusque dans la mode (avec Issey Miyake, Junya Watanabe, Rei Kawakubo…). Pour une exposition riche et instructive.