ART | INSTALLATION

Meta Filtres

27 Sep - 30 Oct 2016
Vernissage le 24 Sep 2016 à partir de 19:00

Une installation de Maya Rochat créée pour l’occasion occupe l’espace de La Filature à Mulhouse le temps de l’exposition «Meta Filtres». Mêlant photographies, peintures, vidéos et collages, l’œuvre forme un tissu visuel dense et intime dans lequel chacun construit sa propre trame narrative.

L’exposition «Meta Filtres» présente à La Filature, à Mulhouse, une installation conçue in situ, spécialement pour la galerie, par Maya Rochat, au cours d’une résidence de création qui se déroulera début septembre. Cette exposition-installation associera images fixes (photographies et peintures), images animées (vidéos) et collages.

L’environnement immédiat de Maya Rochat constitue la matière de base de ses réalisations. Des portraits de ses proches, de paysages et lieux visités, des détails observés et des écrits personnels sont détournés, déconstruits et réarrangés en des ensembles visuels complexes. Ces œuvres se nourrissent également des manifestations de la société de consommation, motifs découpés dans des magazines, paillettes et autres objets scintillants, illustrations et personnages, pour mieux faire barrage au flux incessant d’images aujourd’hui généré.

Photographies, peintures, dessins et sculptures s’enchevêtrent dans des installations où chaque médium est utilisé pour suggérer bien plus que pour montrer. La photographie, outil d’investigation du réel, devient un instrument poétique qui y fait naître des phénomènes étranges. Les images saturées vont à l’encontre des codes d’interprétation usuels et troublent les modes de perception. Le sens survient par associations, par déclinaisons infinies d’une idée par différents média ou au sein d’un même médium. Les installations invitent chacun à suivre sa propre trame narrative.

Suivant une démarche instinctive et une forte rigueur graphique, les matières premières sont déchirées, lacérées, déformées et démantelées avant d’être réorganisées en des compositions à la forte charge symbolique. La grande hétérogénéité apparente des œuvres constituées de pièces éparses donne naissance à des installations harmonieuses. Chaque pièce met en valeur la matérialité des éléments utilisés, les surfaces, les structures et la corporalité sont exploités pour produire des images en volume qui s’opposent à l’immatérialité du monde technologique issu d’Internet.