PHOTO | EXPO

Sur face

03 Nov - 12 Jan 2019
Vernissage le 03 Nov 2018

L’exposition « Sur face » à la galerie parisienne Hussenot présente de récentes photographies de Martin d’Orgeval, des images énigmatiques entre réel et abstraction qui exploitent les effets de la lumière et qui font appel à nos sens et à notre imagination.

L’exposition « Sur face » à la galerie Hussenot, à Paris, dévoile une quinzaine de photographies récentes de Martin d’Orgeval dans lesquelles la lumière joue un rôle prépondérant.

« Sur face » : des photographies où la lumière joue le rôle principal

Le titre de l’exposition, « Sur face », donne un indice sur la place essentielle qu’occupe la lumière dans les nouvelles photographies de Martin d’Orgeval, comme dans l’ensemble de sa démarche artistique. Toutes ces réalisations récentes renvoient en effet au phénomène de la lumière qui, rencontrant la matière, s’oppose à elle ou fusionne avec elle et toujours la transforme.

Martin d’Orgeval photographie la rencontre de la matière et de la lumière

La lumière occupe le rôle principal de chacune des photographies : dans celle, vaste, intitulée Nuit Neige Rouge, une lumière rouge qui s’impose sur toute l’image éclaire et semble même brûler un paysage nocturne pourtant glacé, dans celle intitulée Tableau ébloui, une toile encadrée voit sa surface comme effacée par une éclatante lumière blanche, dans une autre, la lumière jaune qui l’inonde semble enflammer une grotte marine et ailleurs encore, une faible lueur grise plonge dans le brouillard la silhouette d’un arbre imposant.

Avec « Sur face », Martin d’Orgeval s’éloigne du travail en séries

Les récentes photographies de Martin d’Orgeval s’éloignent du principe sériel qui caractérisait son travail jusque-là. Privilégiant dorénavant une approche plus ouverte, l’artiste cherche en effet à se mettre en danger en se confrontant plus directement à la réalité : ces nouvelles œuvres résultent d’une sorte de regard porté sur le chaos, un regard émancipé de la recherche de l’ordre parfait, libre mais toujours attentif. Il en résulte des visions où le réel frôle l’abstraction, des images énigmatiques qui font appel à nos sens et à notre imagination.