ART | EXPO

Louidgi Beltrame / Tim Eitel / Julien Prévieux

28 Jan - 25 Fév 2017
Vernissage le 28 Jan 2017

L’exposition « Louidgi Beltrame / Tim Eitel / Julien Prévieux » rassemble à la galerie parisienne Jousse Entreprise les œuvres, vidéos et peinture, de trois artistes qui interrogent la notion de projection et la façon de saisir les mouvements du corps.

L’exposition « Louidgi Beltrame / Tim Eitel / Julien Prévieux » à la galerie Jousse Entreprise, à Paris, réunit les œuvres vidéos et picturales de ces trois artistes pour souligner le rapport qu’elles entretiennent toutes les trois avec la notion de projection et leur intérêt commun pour la saisie du corps en mouvement.

Louidgi Beltrame, Tim Eitel et Julien Prévieux, trois artistes à un moment charnière

L’exposition a pour but de présenter des créations de trois artistes contemporains à un moment clef de leur parcours. Tandis que le travail de Julien Prévieux, lauréat du prix Marcel Duchamp 2014, a fait récemment l’objet d’une exposition au Centre Pompidou, c’est au Palais de Tokyo que l’installation de Louidgi Beltrame, lauréat du Prix SAM 2014, a été exposée en 2016. Le tableau de Tim Eitel, a également été réalisé à une période charnière de la carrière du peintre allemand.

La vidéo Patterns Of Life de Julien Prévieux déroule en un peu plus de dix minutes l’histoire de la captation des mouvements. Le film retrace les différentes façons dont les déplacements du corps humains ont été enregistrés, étudiés et mesurés depuis la fin du dix-neuvième siècle. La rétrospective commence avec les photographies de Georges Demenÿ qui permettaient de visualiser des démarches pathologiques grâce à des éléments lumineux accrochés au corps, et se termine avec des travaux menés actuellement par le Département de la Défense des États-Unis. Des danseurs de l’Opéra de Paris interprètent des personnages faisant l’expérience de méthodes de mesure du mouvement. Les protocoles et résultats scientifiques deviennent des instructions chorégraphiques.

L’histoire de la saisie des corps en mouvement, l’histoire des images

Dans le film El Brujo, réalisé en 2016 par Louidgi Beltrame, un guérisseur nommé José Levis Picón rejoue la dernière séquence du film Les Quatre cents coups de François Truffaut. Dans cette scène, Antoine Doinel, le jeune héros interprété par Jean-Pierre Léaud, court vers le rivage. En parallèle, le film montre Jean-Pierre Léaud errant aujourd’hui dans les rues de Paris. Un jeu de transpositions qui permet à Louidgi Beltrame de mettre en perspective les personnages, les motifs et les époques. Les glissements et déplacements invitent à expérimenter le temps, les notions de passé, de présent et de futur…

Le tableau de Tim Eitel, Hinter der Felsen, partage avec les réalisations de Julien Prévieux et Louidgi Beltrame un questionnement autour de la source et du rôle des images dans la société contemporaine. Avec une grande économie de moyens, le tableau condense l’histoire des images, de la photographie au cinéma. Placé entre deux pans de murs latéraux peints en gris, il est semblable à un arrêt sur image dans une bobine cinématographique. Le trait très précis ne lève pourtant pas l’ambiguïté de la scène : une femme de dos est figée dans un mouvement que l’on ne peut interpréter clairement.

L’exposition réunit ainsi les œuvres de trois artistes qui ont pour thématiques communes : la notion de projection qui s’articule avec celles de temps et d’espace, la saisie du mouvement corporel et le statut des images contemporaines.