DANSE | SPECTACLE

Structure-Couple (cycle de performances)

07 Juin - 08 Juin 2018

Entre danse et sculpture, depuis 2014 Lotus Eddé Khouri et Christophe Macé composent des Structure-Couple. Performances en live ou en vidéo, les Structure-Couple cultivent une lenteur minimaliste, à tendances sérielles. Pour une expérience singulière, en forme d'installations chorégraphiques sonores.

Entre les genres, les Structure-Couple de Lotus Eddé Khouri et Christophe Macé gondolent les lignes de démarcation. Performances, chorégraphies, vidéos, musiques, arts plastiques… Les Structure-Couple suivent un protocole à la fois strict et inclusif. Venue de la danse contemporaine, Lotus Eddé Khouri est une chorégraphe franco-libanaise. Tandis qu’artiste plasticien, Christophe Macé compose sculptures et installations. S’ils ne sont pas en couple dans la vie civile, pour autant ils développent un travail en duo, avec des performances et vidéos tenant le milieu entre chorégraphie et installation. La lenteur des mouvements, comme compromis entre sculpture et danse, sert souvent de texture à leurs Structure-Couple. Travaillant ensemble depuis 2014, leur processus connait également plusieurs déclinaisons. Performances vidéos d’une part et performances théâtrales de l’autre. Avec une série spécifique au sein de la série, celle des chansons connues et remixées. En compagnie du musicien et performeur sonore Jean-Luc Guionnet.

Structure-Couple de Lotus Eddé Khouri et Christophe Macé : ralenti chorégraphique

Avec Structure-Couple (cycle de performances), Lotus Eddé Khouri et Christophe Macé jouent sur le décalage. En émane parfois une sorte de comique, à la fois grave et absurde, poétique. S’ils ne sont pas en couple ils relèvent néanmoins, non sans ironie, qu’une sorte d’aura de « vieux couple » enveloppe leurs créations (ou l’œil des spectateurs). Une composante qu’ils intègrent pour la déplacer ailleurs. Les costumes jouent par ailleurs un rôle important dans leurs performances. Lotus Eddé Khouri et Christophe Macé y arborent souvent des vêtements approximativement identiques ou complémentaires. Pour la série des chansons connues, leurs performances prennent les traits de miniatures chorégraphiques. Presque des mignardises, un peu incongrues. Mais des miniatures qui s’étirent. À l’aune d’un travail de soustraction, d’addition, de découpe du son. Gestes lents ou répétitifs, obstinés : chaque Structure-Couple s’empare alors d’une chanson qu’elle déconstruit.

Performance et lenteur : entre danse, sculpture et son (avec Jean-Luc Guionnet)

Parmi les chansons passées au crible de leur déstructurations-restructurations : Porque te Vas, de Jeanette (Pourquoi tu pars ?, 2016). Mais aussi la Toccata, Adagio et Fugue en do majeur BWV 564 de Johann Sebastian Bach (Bakafon, 2016). Ou encore Guillotine de Death Grips (Cosy, 2015). Musique baroque, gros son électro-hip-hop, chanson populaire… L’éclectisme inclusif des Structure-Couple s’homogénéise dans l’imperturbable et méticuleuse chorégraphie de Lotus Eddé Khouri et Christophe Macé. Avec une lenteur qui confine au pictural, proche, parfois, d’une forme d’ascèse. Là où la musique est associée aux sentiments, les visages calmes et impassibles de Lotus Eddé Khouri et Christophe Macé viennent contrebalancer toute dimension émotionnelle. Passion calme, humour grave, sensualité reptilienne… Si les Structure-Couple (cycle de performance) touchent au rire, c’est aussi parce qu’elles sont assez inclassables. Pour une expérience singulière, entre les lignes.