ART | EXPO

L’origine de la guerre

12 Avr - 18 Mai 2014
Vernissage le 12 Avr 2014

Orlan interroge le statut du corps et les pressions politiques, religieuses ou sociales qu’il subit. Dans l’Origine de la guerre, pendant féministe à l’œuvre de Gustave Courbet, l’artiste nous présente l’organe masculin en érection, symbole du pouvoir souverain et de la virilité, comme l’origine de la guerre entre les sexes.

Orlan
L’origine de la guerre

À l’occasion de la présentation de L’Origine du Monde de Courbet au musée qui lui est dédié à Ornans, le Frac Franche-Comté présente l’œuvre L’Origine de la Guerre d’Orlan. Cette artiste française à l’origine de l’art charnel dont elle a écrit le manifeste est parmi les plus connues du grand public.
Pendant féministe à l’œuvre de Gustave Courbet, l’œuvre d’Orlan a été exposée au Musée d’Orsay dans le cadre de l’exposition «Masculin/Masculin. L’homme nu dans l’art, de 1800 à nos jours».

L’intérêt d’Orlan pour les mécanismes du désir et de la sexualité est évident dans ses œuvres antérieures comme Le Baiser de l’artiste (1977) ou Les Draps du trousseau (1974). Ses prises de positions sur les préjugés qui réduisent les femmes au rôle de reproductrices s’expriment dans Face à une société de mères et de marchands (1976) et dans sa performance Etude documentaire: la tête de Méduse (1978), à l’occasion de laquelle elle présentait aux spectateurs une photo agrandie de son sexe. Il était dès lors presque inévitable que l’Origine du Monde de Gustave Courbet (1886) fasse un jour irruption dans son œuvre.

L’histoire de cette représentation explicite des organes génitaux féminins est désormais bien connue. Acquise par le collectionneur turc Khalil- Bey, qui conservait apparemment cet objet de désir dans sa salle de bain, la toile se retrouva en possession de Sylvia Bataille et Jacques Lacan. Le couple l’installa dans sa maison de campagne de Guitrancourt, accrochée derrière un double battant de bois (qui donnait quelques indices sur son contenu) lequel fut décoré par le beau-frère de Lacan, André Masson. En 1995, le tableau est entré au Musée d’Orsay où il est désormais offert à tous les regards dans un somptueux cadre doré.

La version d’Orlan reprend fidèlement le format, la couleur et les tons de l’œuvre de Courbet. Le drapé est reproduit avec précision et la photographie intègre l’image du cadre fidèle à l’original. Toutefois, elle a remplacé le corps féminin par le photomontage d’un homme (l’acteur Jean-Christophe Bouvet) exhibant son sexe en érection. Il est évident qu’Orlan illustre, à travers cette Origine de la Guerre, le concept analytique de Lacan assimilant le phallus à un signifiant du désir.
Ici, cependant, le pénis/phallus en érection est censé évoquer le pouvoir souverain et la virilité. Pour Orlan, comme l’indique le titre de l’œuvre, cet organe masculin n’est pas seulement à l’origine de la guerre entre les sexes, il est aussi le procréateur d’une violence plus universelle.

Orlan s’exprime à travers différents supports: peinture, sculpture, installations, performance, photographie, images numériques, biotechnologies. Elle développe une œuvre qui s’inscrit dans une interrogation du statut du corps et des pressions politiques, religieuses ou sociales qu’il subit. Depuis les années 1960, l’artiste n’a eu de cesse de dénoncer la violence faite au corps, surtout celui des femmes.