ART | EXPO

Liste à puces

03 Fév - 07 Mai 2017
Vernissage le 03 Fév 2017

L’exposition « Liste à puces » au Palais de Tokyo présente l’œuvre d’Anne Le Troter. Une installation où se déploient des enregistrements sonores met en lumière le rôle des instituts de sondage dans les sphères de pouvoir : une création à la résonance très politique.

L’exposition « Liste à puces » au Palais de Tokyo est consacrée au travail d’Anne Le Troter. Pour cette exposition personnelle qui est la première que lui dédie un centre d’art francilien, l’artiste française a conçu une installation qui fait écho à l’actualité politique.

Les installations d’Anne Le Troter sont des structures où se déploie la parole

Les dispositifs réalisés par Anne Le Troter exigent une attention aussi précise qu’un film projeté dans une salle de cinéma, en utilisant des codes différents, ceux de l’installation contemporaine. Ces installations, qui incluent le plus souvent des pièces sonores, ont pour objet principal le langage, qui est traité comme un matériau façonnable. Des discours oraux, des récits, ou encore des modes de langage utilitaires ou spécialisées sont restitués sous forme d’enregistrements sonores.

Les installations d’Anne Le Troter sont conçues comme des espaces construits, des dispositifs dont la stabilité et l’équilibre permettent à la parole diffusée d’exister et de s’établir. Ils forment pour les pièces sonores une structure d’ancrage et créent les conditions d’écoute idéale pour que la parole qu’elles transmettent, et à travers elle la réflexion sur le fonctionnement du langage, se déploie efficacement.

L’installation Liste à puces explore le langage des enquêteurs téléphoniques

L’installation Liste à puces créée pour l’exposition occupe une vaste salle. Le sol recouvert d’un tissu bleu uniforme est parcouru de câbles et de rangées de fauteuils de bureau, deux étant physiquement présents tandis que les autres sont symbolisés au sol, à l’emplacement qu’ils devraient occuper. Dans ces silhouettes de fauteuils tracées au sol sont inscrits différents mots tels que « répondeur » ou encore « 18-24, Couple, Active – 1500, Autre ». Le dispositif spatial est complété par des enregistrements sonores.

L’œuvre d’Anne Le Troter, pensée tel un opéra, est une représentation poétique, sur le sol et par les ondes, de la cartographie d’un domaine très codifié, celui des enquêteurs téléphoniques. A travers son installation, Anne Le Troter exploite toute la plasticité du langage répétitif employé par les instituts de sondage. Elle cherche ainsi à la fois à disséquer les mécanismes internes à la profession qu’à mettre en lumière le rôle que celle-ci joue dans le domaine politique et les sphères de pouvoir.