ART | EXPO

Les mains baladeuses

14 Sep - 28 Oct 2017
Vernissage le 09 Sep 2017

L’exposition « Les mains baladeuses » de Tiphaine Calmettes à la Arnaud Deschin galerie, à Paris, offre une expérience particulière faite de dégustation de plantes, d’œuvres olfactives et de créations plastiques où la matière artificielle figée se laisse envahir par le développement fertile d’organismes naturels.

L’exposition « Les mains baladeuses » à la Arnaud Deschin galerie résulte d’un projet de Tiphaine Calmettes autour de la végétation urbaine, où l’artifice et la nature se mêlent mais aussi le visuel et l’olfactif et même l’exposition et les repas…

Une expérience gustative, olfactive et plastique

L’événement « Les mains baladeuses » se déroule en deux temps : celui de l’exposition proprement dite, et celui de repas qui constituent le point de départ du projet de Tiphaine Calmettes. Réalisés en collaboration avec la chef Virginie Galan, ces repas seront axés autour de la flore urbaine, différentes plantes sauvages récoltées à Paris étant déclinées dans des plats aux intitulés poétiques : chartreuse en coque de noix, mousse de pissenlit, beignets de lichens, racines fumées ou encore gaspacho lobulaire.

De ces repas découle une visite particulière où le gustatif sera remplacé par l’olfactif. L’exposition formera ainsi une sorte de rappel des repas pour les visiteurs qui n’auront pas pu prendre part à ces derniers. Un imposant alambic produit tout au long de la journée une eau florale, laissant échapper un bruit régulier et une légère fragrance qui s’ajoute à d’autres odeurs que chaque visiteur peut sentir à l’aide d’un inhalateur.

Tiphaine Calmettes propose une réflexion sur les rapports entre le naturel et l’artificiel

Défaite de ses tréteaux, la planche faisant office de table pour les repas est alternativement présentée verticalement ou horizontalement. A sa surface se développe une matière naturelle en constante évolution, offrant l’image en miniature des friches urbaines que réinvestissent des plantes sauvages. Selon les arrosages, mousses et lichens s’étendent, laissant libre leur interprétation : sont-elles le signe d’un abandon du mobilier peu à peu voué à la dégradation ou au contraire celui d’une régénération fertile ?

Entre expériences gustatives, réminiscences olfactives et un titre évoquant le toucher, l’exposition imaginée par Tiphaine Calmettes convoque les sens en même temps qu’elle effectue de constants allers‐retours entre l’artificiel et le naturel. L’exploration symbolique proposée des friches urbaines et la récolte et dégustation de plantes sont les déclencheurs d’une réflexion quasi politique dans laquelle les mains baladeuses deviennent porteuses d’espoir : enclines à fouiller, gratter, piquer, elles sont celles qui sèmeront les graines du futur.