ART | EXPO

John De Andrea

08 Juin - 21 Juil 2018
Vernissage le 07 Juin 2018

L’exposition « John De Andrea » à la galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, à Paris, présente dix sculptures hyperréalistes de l’artiste américain ainsi que les moulages de têtes et de bustes, qui constituent les traces de son patient et minutieux travail.

L’exposition consacrée à l’œuvre de John De Andrea à la galerie parisienne Georges-Philippe & Nathalie Vallois permet de découvrir les sculptures spectaculaires de cet artiste rare ainsi que des moulages de têtes et de bustes, traces de son minutieux travail.

John De Andrea, un des principaux représentants de l’hyperréalisme américain

Pour sa première exposition personnelle à Paris depuis presque trente ans, John De Andrea présente dix sculptures représentatives de son style hyperréaliste : des corps féminins nus disposés dans d’innombrables poses, dont le rendu impressionne par son aspect naturel. Un hyperréalisme que John De Andrea résume parfaitement en disant de ses sculptures : « Je veux qu’elles respirent ».

Parmi les autres artistes du mouvement hyperréaliste américain qui se développa au début des années 1970 et dont il est un des représentants majeurs avec Duane Hanson, Richard Estes ou encore Chuck Close, John De Andrea se distingue par plusieurs aspects. Si Duane Hanson conjuguent hyperréalisme et pop art pour créer des œuvres souvent critiques et parfois violentes, à la forte dimension sociale, la démarche de John De Andrea vise au contraire un esthétisme pur : ses modèles, souvent féminins, sont pour la plupart jeunes, beaux et en pleine santé.

Les sculptures comme Amber Reclining  et Magdalena sont les fruits d’un long et minutieux processus : un millier d’heures de travail sont nécessaire à la réalisation de chacune d’elles, qui passe par une première phase de moulage et de sculpture et une seconde phase où s’exprime le talent de peintre de John De Andrea. C’est par la patiente superposition de centaines de couches de peinture à l’huile qu’il parvient à créer l’illusion de la chair vivante.

John De Andrea, des sculptures entre histoire de l’art et actualité contemporaine

Un autre aspect de la singularité de John De Andrea est son habitude de reproduire des thèmes et des poses classiques de l’histoire de l’art, de l’Antiquité à la peinture française du XIXe siècle en passant par la sculpture grecque du Ve siècle et la Renaissance. Des références qui ne privent pas ses œuvres d’un ancrage contemporain, comme l’ensemble American Icon qui tire son inspiration de l’actualité.

Outre les dix sculptures, l’exposition présente avec l’ensemble intitulé The Faces of Fifty Years des éléments plus rarement montrés : des moulages de têtes et de bustes que John De Andrea conserve dans son atelier et qui constituent la mémoire brute de sa pratique.