ART | EXPO

A l’est

16 Juin - 28 Juil 2018
Vernissage le 15 Juin 2018

L’exposition « A l’est » à la galerie Anne Barrault, à Paris, offre un dialogue entre les univers singuliers de Yuichi Yokoyama et de Français Jochen Gerner : les peintures colorées et les dessins en noir et blanc du premier répondent aux peintures quasi monochromes du second.

L’exposition « A l’est » à la galerie Anne Barrault propose une rencontre entre les dessins, peintures et collages de l’artiste japonais Yuichi Yokoyama et les peintures sur cartes postales du Français Jochen Gerner.

 « A l’est » : les univers singuliers de Yuichi Yokoyama et de Jochen Gerner

Le titre de l’exposition souligne avec humour un des rares points communs entre Yuichi Yokoyama et Jochen Gerner, qui ne se sont jamais rencontrés : tous deux vivent à l’est, l’un dans l’est de la France et l’autre à l’est de la planète. Pourtant, au-delà de cet écho géographique, les univers créatifs des deux artistes se rejoignent par leur profonde singularité. On découvre de Yuichi Yokoyama un ensemble de dessins et de collages inédits intitulé Member of The World Map et des peintures plus anciennes, et de Jochen Gerner, des peintures quasi monochromes.

Les peintures de Yuichi Yokoyama, réalisées en 2010 à l’acrylique sur toile, telles que Color Engineering, déploient des compositions abstraites et colorées où motifs géométriques et formes plus libres se mêlent, se chevauchent et se confondent dans de douces teintes pastel. Alors que Yuichi Yokoyama a aujourd’hui abandonné la peinture pour le dessin, faute de place suffisante dans la petite maison qu’il occupe en banlieue de Tokyo, on découvre également la série Member of The World Map, réalisée en 2013, qui conjugue dessin à l’encre sur papier et collage.

Des dessins en noir et blanc de Yokoyama aux peintures sur cartes postales de Gerner

Les réalisations de Jochen Gerner répondent au noir et blanc des dessins de Yuichi Yokoyama par une série d’œuvres presque monochromes intitulée Stockholm. Une trentaine de cartes postales que l’artiste a trouvées lors d’un séjour dans cette ville sont recouvertes de peinture, par aplats ou par motifs, qui réinventent les paysages photographiés. Ici, la roue manquante d’un moulin sur une carte postale ancienne est remplace par une spirale noire qui recouvre presque toute l’image, sur l’œuvre intitulée Utsikt Fran Kaknastornet, on devine une vue urbaine sous un brouillard de peinture blanche parsemé de formes schématiques de bâtiment de couleur grise.