DANSE | SPECTACLE

Les Intrus #3

30 Nov - 03 Déc 2016
Vernissage le 03 Déc 2016

La Maison des arts de Malakoff accueille le programme « Les Intrus ». Entièrement consacré aux arts vivants, celui-ci met à l'affiche de performances voulant rendre compte du monde ouvrier. Accompagné de François Dufeil, Claude Cattelain présente une performance intitulée Suite De Blocs Pour Quatre Mains alors qu'Alexandre Roccoli propose deux pièces Longing et Weaver, qui allient installation, vidéo, et performances dansées et musicales.

La Maison des arts de Malakoff accueille à l’initiative de sa directrice le programme « Les Intrus », entièrement consacré aux arts vivants, détournant ainsi la fonction première d’une institution dédiée aux arts plastiques. Proposé par Florian Gaité, ce programme s’inspire du livre du philosophe Jean-Luc Nancy qui décrit sa propre greffe du cœur. Jean-Luc Nancy tente de caractériser avec minutie l’intrusion d’un corps étranger et d’en souligner la signification. « Les intrus » reprennent ce thème du sentiment d’étrangeté né d’une intervention extérieure pour mettre en question les problèmes de l’hospitalité et de l’appropriation d’un lieu comme la Maison des arts. Que se passe-t-il lorsque des lieux vides sont occupés ?

Les parasites ouvriers

Ces thèmes centraux de l’occupation d’un espace vide et de l’hospitalité sont abordés au travers de deux performances : Suite De Blocs Pour Quatre Mains de Claude Cattelain et Longing & Weaver d’ Alexandre Roccoli. Si Suite De Blocs Pour Quatre Mains est une performance pure, Longing & Weaver mêle installation, vidéo et performances musicales et dansées.

Assisté de François Dufeil, la pièce de Claude Cattelain, Suite De Blocs Pour Quatre Mains, se présente sous la forme d’une performance dont l’objet est de mettre en oeuvre une suite d’actions fondée sur la recherche de l’équilibre et la création d’une construction fragile et éphémère.

Dans Suite De Blocs Pour Quatre Mains, les deux performeurs que sont Claude Cattelain et François Dufeil s’efforcent de faire tenir en équilibre entre eux, en position horizontale, un alignement de blocs de bois tout en rajoutant des éléments. Chacun des deux performeurs est donc contraint d’insérer un nouveau bloc de bois dan l’alignement en cours de construction en maintenant une égale pression sur ce dernier. Ainsi s’allonge progressivement cette création précaire qui nécessite une collaboration permanente. Les deux interprètes ne peuvent qu’être vigilants et doivent prêter constamment attention aux mouvements de chacun pour éviter que l’alignement difficilement formé ne s’effondre. Si tel est le cas, ils sont obligés de reprendre leur construction à partir du bloc de bois restant, ramasser les blocs épars, pour tenter de construire un nouvel alignement.

Suite De Blocs Pour Quatre Mains est une pure performance, une suite d’actions en pure perte qui se veut ultimement une « parodie de construction ouvrière » tout autant qu’un défi physique et technique.

Longing & Weaver

Avec Longing & Weaver, le chorégraphe Alexandre Roccoli poursuit un travail entamé depuis plusieurs années. Ce dernier a décidé de mener à bien une recherche chorégraphique et plastique sur des métiers artisanaux oubliés ou tendant à disparaître. S’attachant à vouloir préserver la mémoire de gestes artisanaux condamnés, Alexandre Roccoli a recueilli toute une manière visuelle et sonore dans le milieu du tissage en voyageant en Italie, au Maroc et en France. Cet effort « documentaire » a donné lieu à trois créations Empty picture (2013), Longing (2014), Weaver Raver (2015).

Longing et Weaver sont le récit de l’existence d’un tisserand marocain, d’une soyeuse lyonnaise et d’une ouvrière victime de tarentulisme ou de la maladie d’Alzheimer. Alexandre Roccoli tente de tisser entre elles ces existences en tentant d’entremêler histoires individuelles et collectives pour constituer une véritable mémoire communautaire.

Pour « Les Intrus #3 », Alexandre Roccoli organise le passage de Longing à sa nouvelle création Weaver en projetant les films Weaver, en diffusant des matériaux sonores arrangés par le musicien Benoist Bouvot, et en offrant la reprise chorégraphique de Longing avec le concours de la danseuse Malika Mardji.