DESIGN | OBJET

Interactions chromatiques

Le musée de Pont-Aven accueille Improvisations chromatiques de Matali Crasset, un ensemble de lustres et de tapis entrant en correspondance. En hommage à l’école de peinture de Pont-Aven, lumière et couleurs se répondent dans la salle principale de l'hôtel Julia.

Formée au design industriel, Matali Crasset a travaillé au début de sa carrière avec Denis Santachiara et Philippe Starck, et crée ensuite son propre studio. Indéniablement diversifiée, sa production est aussi colorée. Elle a pu ainsi dessiner des canapés modulables, une penderie et une lampe pour Ikea, ou des vêtements pour enfants.

Tenant pour primordial le rapport à l’espace et son agencement, Matali Crasset a également conçu des scénographies et l’aménagement de crèches, de restaurants, ou d’hôtels, qu’elle considère comme autant de lieux de notre expérience du rapport à l’espace. Ainsi, l’hôtel Hi à Nice est-il doté d’une façade colorée et de chambres conçues comme des cabanes.

Design et sens commun

Le travail de Matali Crasset est d’abord entièrement orienté par « le sens commun » et l’analyse des faits et gestes de la vie quotidienne : « Il faut juste regarder comment les gens vivent. Ça ne m’intéresse pas de générer des objets ou des espaces à partir de mes envies. Je préfère développer des objets et des espaces qui redonnent de la diversité et du relief à la vie. Je vois le sens commun comme une base sur laquelle s’appuyer pour proposer des choses plus libres. À partir du moment où l’on sait comment les gens fonctionnent, quels sont leurs rituels, on peut l’utiliser pour des propositions qui vont leur parler, tout simplement. »

Interactions chromatiques

Interactions chromatiques est une commande du Musée de Pont-Aven récemment rénové, pour aménager la salle de l’hôtel Julia, désormais bâtiment principal du nouveau musée de Pont-Aven. Ce dernier a demandé à Matali Crasset de concevoir trois lustres devant définir ce lieu particulier dans le cadre du programme « un pour cent artistique » destiné à promouvoir la création contemporaine.

Interactions chromatiques est un ensemble de trois lustres dont chacun est conçu autour d’une structure particulière. Un disque blanc, fixé au plafond a pour fonction de concentrer la lumière. La coupole du luster, quant à elle, crée une sorte d’espace intermédiaire dans la salle. Chaque lustre a donc une même forme simple qui, precise Matali Crasset, fait référence au au mouvement pictural du Synthétisme et veut souligner la pureté des formes.

Interactions chromatiques : lumière et couleurs

La conception même d’Interactions chromatiques renvoie donc à une étroite correspondance entre peinture et design, entre le dessin des lustres et les principes de l’école de peinture de Pont-Aven pour laquelle les couleurs priment sur le modèle. Ce principe essentiel formulé par Paul Gauguin à l’adresse des peintres de Pont-Aven fut alors systématiquement mis en œuvre par Paul Sérusier sous la forme d’un « cercle chromatique » regroupant couleurs chaudes et froides, que celles-ci se complètent ou soient ton sur ton.

Sensible à l’utilisation des couleurs, Matali Crasset ne manque pas de rappeler ce jeu des couleurs puisque le projet Interactions chromatiques est construit autour de complémentarité des lustres et des tapis colorés disposés au-dessous de ces derniers. A chaque lustre correspond un tapis dont les couleurs renvoient à trois toiles de peintres exposés au musée et à leurs jeux de couleurs : les Feux de la Saint-Jean de Maurice Denis, les Porcelets de Paul Sérusier, et le Paysage de Pont-Aven aux peupliers d’Emile Bernard.