ART | EXPO

Ici

01 Juil - 01 Oct 2017
Vernissage le 01 Juil 2017

L’exposition « Ici » au MAMO, à Marseille, présente une nouvelle œuvre de Jean-Pierre Raynaud et une rétrospective de ca carrière. Sur la terrasse, une sculpture monumentale répond à l’architecture de Le Corbusier tandis que, dans le gymnase, sont présentés des containers renfermant des débris de sa maison, des autoportraits, des Cuves et autres Sens interdit.

L’exposition « Ici » au MAMO, Centre d’art de la Cité Radieuse, à Marseille, présente une nouvelle œuvre de Jean-Pierre Raynaud dans le cadre particulier du site conçu par Le Corbusier. Une sculpture monumentale pensée comme une rencontre avec l’architecture.

Jean-Pierre Raynaud se mesure à l’architecture de Le Corbusier

L’exposition marque la cinquième invitation d’artiste par le MAMO, installé dans la Cité Radieuse du Corbusier, depuis que celle-ci est redevenue un centre d’art, selon la volonté du designer Ora Ito. A la suite de Xavier Veilhan, Daniel Buren, Dan Graham et Felice Varini, Jean-Pierre Raynaud est convié à exprimer son interprétation personnelle de ce bâtiment singulier, de son gymnase et de sa terrasse classée.

La pratique de Jean-Pierre Raynaud, comme celle des artistes qui l’ont précédé dans l’exercice, témoigne d’une capacité à se mesurer à d’aussi vastes espaces. Le plasticien a répondu à l’invitation comme s’il s’agissait de celle de Le Corbusier et plutôt que de se confronter aux œuvres précédemment réalisées, il choisit de répondre à l’œuvre du grand architecte d’une façon aussi libre que celui-ci l’était lui même.

« Ici » : une sculpture monumentale en forme de flèche

L’exposition, fruit de la carte blanche offerte à Jean-Pierre Raynaud, ne comporte qu’une seule œuvre : une sculpture monumentale, une flèche en acier noire, longue de dix-sept mètres, posée à l’horizontal sur le toit de la Cité Radieuse et pointant vers le gymnase. A travers ce geste unique, Jean-Pierre Raynaud revisite les multiples sens de la flèche, qui est à la fois l’un des plus anciens signes tracés par l’homme, une arme et une direction. Surtout, la flèche désigne un lieu précis, forcément singulier, elle est la marque d’un « ici » ou d’un « je ».

La flèche de Jean-Pierre Raynaud désigne la singularité du bâtiment de Le Corbusier autant que le gymnase en tant que lieu qui renferme ses œuvres, le MAMO présentant pour l’occasion une sélection rétrospective de pièces majeures de sa carrière comme une série d’autoportraits, trois Sens interdit, cent containers renfermant les débris de la maison qu’il avait construite à La Celle Saint-Cloud, sa principale œuvre d’art à travers laquelle il mène des recherches sur l’espace et qu’il détruisit en 1993, et le film La Maison de Jean-Pierre Raynaud de Michelle Porte.