DANSE | SPECTACLE

Immersion | Incidence 1327

16 Nov - 16 Nov 2018

Explorant les effets de leur rencontre, la chorégraphe Gaëlle Bourges et la plasticienne Gwendoline Robin livrent une performance aussi physico-chimique que chorégraphique. Sur une scène où glace azotée et mots partent en fumée, Incidence 1327 trace les contours de l'alchimie amoureuse.

Donnée pour la première fois au Festival d’Avignon 2017, la performance chorégraphique Incidence 1327, de Gaëlle Bourges et Gwendoline Robin fait un saut dans le temps. 6 avril 1327 : le poète Pétrarque rencontre Laure de Noves, en Avignon. Histoire d’idylle et d’alchimie, certaines rencontres ne laissent aucun souvenir, tandis que d’autres s’inscrivent dans la mémoire. Amour impossible, Pétrarque le métamorphose alors en poèmes, en canzoni [chansons], qu’il étoffera toute sa vie durant. L’inscrivant ainsi dans la mémoire collective, en tant que chef-d’œuvre du lyrisme amoureux. Le désir, la raison, l’espoir, la chute, l’éternité… Même la mort de Laure de Noves ne parvient à mettre un terme aux sentiments de Francesco Petrarca (devenu, ici, Françoise). Créée pour « Les Sujets à vif », le programme le plus expérimental du Festival d’Avignon, la performance Incidence 1327 détonne. Ça fume, ça ruisselle, ça se fait attendre, ça déborde… Comme les réactions chimiques dans un laboratoire atypique.

Incidence 1327 de Gaëlle Bourges et Gwendoline Robin : histoires de rencontres

Rencontre artistique, Gaëlle Bourges (Cie Os) est chorégraphe, tandis que Gwendoline Robin est plasticienne. Gaëlle Bourges fait danser les corps humains et les mots ; Gwendoline Robin les corps chimiques et les matériaux. Rencontre humaine, comment évaluer, quantifier ou rendre compte de l’impact du phénomène ? La pièce Incidence 1327 s’enroule autour de cette question. Certaines rencontres chimiques précipitent instantanément, de façon spectaculaire et explosive… D’autres requièrent un temps plus long. Toutes ont une part d’aléatoire, plus ou moins contrôlable. La composition sonore d’Incidence 1327 est elle aussi affaire de rencontres : elle entrelace les voix et lectures de Gaëlle Bourges et Gwendoline Robin (dont les Sonnets CCXI, XC et CCXVI du Canzoniere de Pétrarque). Et tandis que les deux performeuses activent lentement les réactions chimiques, plus ou moins fulgurantes, se déroule l’histoire d’une rencontre.

De Pétrarque à la glace azotée : chimie des matériaux pour alchimie des sentiments

« Ce fut en mil trois cent vingt-sept, sur la première heure, le sixième jour d’avril, que j’entrai dans le labyrinthe, et je ne vois pas par où je pourrais en sortir. » Sur scène les liquides partent en fumées, les mots s’envolent, les substances prennent feu. « Moi qui brûlais déjà, est-ce étonnant que je m’enflamme subitement ? » Avec calme, les dispositifs sont activés. Disant quelque chose de l’alchimie des rencontres. Glace azotée, escabeau, déluges de pluie sur plaque métallique… Les réactions dessinent des géographies amoureuses. Ces rencontres vécues, qui ne produisent ni fumées, ni flammes, tout en consumant les esprits et les corps : sont-elles encore réelles ? Donnant chair aux émotions, Incidence 1327 plonge ainsi au cœur de la rencontre. Les mots, en pluie, flammes ou fumées, indiquent que quelque chose se passe. Pour une performance magnétique, géologique, poétique, à retrouver pendant le festival Immersion 2018.

La pièce Incidence 1327 sera précédée de la performance Confluence no 1, de Gwendoline Robin et Gaëlle Bourges.