DANSE | SPECTACLE

Circeo

22 Mar - 24 Mar 2018

Cultivant une danse sensuelle, le chorégraphe italien Fabrizio Favela présente Circeo, une pièce pour huit danseurs virevoltants. Attaché aux forces naturelles et à l’énergie des éléments, Circeo convoque sur scène des présences magnétiques. Pour un spectacle tout en puissances.

Pièce chorégraphique pour huit danseurs, Circeo de Fabrizio Favale, déploie sur scène un tourbillon de volutes. Cultivant une danse élémentaire, avec sa compagnie (Le Supplici) le chorégraphe italien Fabrizio Favale explore les puissances naturelles. La pluie, les chutes d’eau, le vent, le mouvement des planètes, les montagnes… Ses spectacles plongent dans la rudesse pour en extraire une beauté chorégraphique. Ses différentes pièces (The Rain Sequence, Waterfalls, Orbita, Infanzia di San Francesco Assisi…) puisent leur énergie dans un rapport sensuel à la nature. Avec Circeo, Fabrizio Favale s’empare de l’aura du Mont Circé, promontoire rocailleux plongeant dans la mer Tyrrhénienne. Lieu chargé de mythes, c’est aussi l’un des endroits où aurait résidé Circé, la magicienne qui transforma les compagnons d’Ulysse en porcs, dans l’Odyssée. Faisant de la scène un espace limitrophe, entre jour et nuit, froid et chaleur, science et mythologie, Circeo capture et restitue l’énergie des danseurs.

Circeo de Fabrizio Favale (Cie Le Supplici) : une danse spatiale et non-chorégraphique

Les huit danseurs, huit hommes, performent une danse que Fabrizio Favale décrit comme spatiale et non-chorégraphique. Presque derviches tourneurs, mais sans la rigueur religieuse ; presque un rituel paganiste, mais sans la dimension hermétique ; presqu’une expédition scientifique au cœur d’un volcan, mais sans les chiffres… Circeo entretient un rapport concret et sensuel à l’espace. Les danseurs tournent, virevoltent, produisant une ambiance électrique. Comme si la magicienne Circé, fille d’Hélios (le Soleil), leur conférait une réserve énergétique dans laquelle puiser la force du mouvement. Décor dépouillé, les vitesses font espace. Entre lenteurs et accélérations, les danseurs gravitent. Dans un jeu de distances fluctuantes. Ils s’effleurent, s’embrassent, se séparent, créant une ambiance magnétique. Pour une danse mouvementée, comme une mer houleuse. Sur des musiques en nappes, conjuguant les sons de Mountains, Sigur Rós et Alex Somers, Windy & Cael.

Entre nuit et jour, mental et factuel : une danse tellurique et sensuelle

Sur scène, la pièce Circeo déploie une double trame, une double temporalité. Tandis que de chaque côté, à droite et à gauche, Fabrizio Favale et Andrea Del Bianco, performent des séries d’actions qui interfèrent avec l’ensemble. Faisant du centre éclairé de la scène le lieu des décharges énergétiques. Un espace traversé par la puissance des éléments. Entre création d’énergie et épuisement des corps, se déploie une valse puissamment visuelle et envoûtante. Avec des danseurs évoquant tour à tour des nymphes, des électrons, des éphémères pris dans la lumière… Sur une scène qui convoque tantôt blocs de glace, instruments de vulcanologie, blocs de charbon, silhouettes d’animaux incertains… Aux prises avec des forces telluriques aux trajectoires circulaires et cycliques. Comme irrésistibles. Avec Circeo, le chorégraphe Fabrizio Favale entraine ainsi ses spectateurs dans une expérience chorégraphique élémentaire. Entre poésie et factualité, au gré d’évocations aux contours titanesques, invoquées par des danseurs fascinants.