ART | EXPO

Emmanuel Pereire

18 Mar - 28 Mai 2017
Vernissage le 18 Mar 2017

L’exposition « Emmanuel Pereire » au Frac des Pays de la Loire réunit trente-six tableaux du peintre disparu en 1992 que l’histoire de l’art a injustement oublié. Des toiles simples et naïves où s’exprime une pensée paradoxale conjuguant irrationalité et logique.

L’exposition consacrée à Emmanuel Pereire au Frac des Pays de la Loire, à Carquefou, présente plus de trente œuvres du peintre disparu en 1992. Cette sélection effectuée par l’artiste suisse Thomas Huber parmi la collection du Frac met en lumière un œuvre que l’histoire de l’art n’a injustement pas retenu.

L’œuvre d’Emmanuel Pereire, oublié par l’histoire de l’art

Les tableaux d’Emmanuel Pereire sont présents en grand nombre dans la collection du Frac des Pays de la Loire : plus de quatre cent cinquante pièces, parmi lesquelles Thomas Huber a choisi trente-six tableaux dont il a jugé qu’après de nombreuses années d’oubli, ils méritaient d’être à nouveau exposés et étudiés.

Le style pictural d’Emmanuel Pereire se caractérise par une grande simplicité et une apparente maladresse ou négligence qui génèrent un aspect naïf. Les tableaux se partagent entre deux types de réalisations. D’un côté, des œuvres proches de l’abstraction, aux motifs géométriques et aux couleurs saturées, souvent sans nuances et posées en aplats rigoureusement délimités. Ainsi celles intitulées Tête de femme, La conversation, Homme nu couché, ou encore La femme monument, dans lesquelles des formes minimalistes suggèrent et parfois schématisent jusqu’au symbole le corps humain.

La peinture d’Emmanuel Pereire est nourrie d’une pensée paradoxale

De l’autre côté, des toiles affichent des représentations à la fois plus sombres, plus nuancées et plus précisément figuratives. Ainsi les tableaux Espace séphirotique, Espace angélique n°5 ou encore un tableau sans titre exécuté en 1970, des larges ronds figurent des visages ricanant qu’encadrent de petites ailes. Il s’agit d’anges, un sujet récurrent dans l’œuvre d’Emmanuel Pereire.

La peinture d’Emmanuel Pereire épouse des considérations philosophiques comme celles de Kierkegaard. Comme la pensée de ce dernier, elle est nourrie par un raisonnement paradoxal, qui conjugue irrationalité et logique, et dont les anges constituaient pour Emmanuel Pereire une manifestation. En effet, malgré leur nature divine, ils sont capables d’apparaître physiquement ici-bas.