ART | EXPO

Développement durable

01 Juil - 22 Oct 2017
Vernissage le 30 Juin 2017

L’exposition « Développement durable » au MRAC Occitanie / Pyrénées-Méditerranée de Sérignan dévoile de nouvelles installations de Neil Beloufa qui mêlent films, peintures et sculptures. Ces dispositifs complexes témoignent d’une réflexion sur les nombreux paradoxes de la société contemporaine.

L’exposition « Développement durable » au Musée régional d’art contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, à Sérignan, présente de nouvelles installations de Neil Beloufa qui témoignent d’un regard sombre sur la société contemporaine.

« Développement durable » : les paradoxes de la société contemporaine

Le titre de l’exposition, « Développement durable », illustre toute l’ambiguïté de nos sociétés contemporaines que Neil Beloufa entend mettre en lumière à travers ses complexes installations mêlant films, peintures et sculptures. Le terme « développement durable », servant à désigner dans un langage technocrate un mode de développement qui satisfait les besoins présents sans compromettre ceux du futur, est souvent instrumentalisé par des organismes qui souhaitent recouvrir d’un vernis pseudo-écologique des activités qui ne le sont pas.

Les installations complexes de Neil Beloufa, un jeu de faux-semblants

Les innombrables paradoxes de la société contemporaine sont au centre de la réflexion de Neil Beloufa qui dans cette exposition met en place un jeu de faux-semblants qui les met en évidence. L’espace dépourvu de lumière évoque le contexte aseptisé d’un hall d’aéroport. L’ensemble disparate de mobilier qui y est disposé multiplie les discordances. L’installation Bar – Schengen cache sa véritable fonction sous les apparences d’un bar accueillant où l’on imagine partager un verre avec d’autres ; il s’agit en fait d’un comptoir de douane, lieu symbolique de contrôle et d’exclusion.

Plus loin des lits-bancs invitant à faire une pause ont l’allure de lits spécialement conçus pour des migrants tandis qu’au mur, des tags provenant d’Iran sont utilisés comme des éléments de décor orientalisant et ainsi privés de leur portée politique et subversive. Dans le film Monopoly, ce jeu célèbre devient une partie de négociations et de calculs économiques entre des adolescents qui se partagent l’Ukraine. Neil Beloufa souligne ainsi comment la société capitaliste conditionne dès l’enfance à penser selon sa logique.

VOIR également

« Honey, I Rearranged The Collection »  http://www.paris-art.com/honey-i-rearranged-the-collection/

« Gravitation » http://www.paris-art.com/gravitation/