PHOTO | EXPO

Contacts N&B 1997-2005

18 Mar - 29 Avr 2017
Vernissage le 18 Mar 2017 à partir de 17:00

L’exposition « Contacts N&B 1997-2005 » à la galerie lyonnaise Vrais rêves rassemble des montages photographiques de Thomas Kellner. Un travail de déconstruction de monuments européens à partir de planches contact.

L’exposition « Contacts N&B 1997-2005 » à la galerie Vrais rêves de Lyon présente une série de montages photographiques de Thomas Kellner dans laquelle se succèdent des monuments déstructurés.

La pratique photographique de Thomas Kellner est conceptuelle et expérimentale

La pratique photographique de Thomas Kellner revêt une dimension conceptuelle et expérimentale qui l’a conduit à exploiter diverses techniques alternatives telles que le sténopé, le cyanotype, le photogramme et le papier salé. L’exposition réunit la production du photographe depuis 1997, date à laquelle les monuments européens sont devenus le sujet principal de ses séries.

Depuis 1997, Thomas Kellner crée des montages à partir de la planche contact

Les réalisations du photographe allemand ont pour constance de développer un vocabulaire visuel puissant qu’il met au service d’un propos précis. Le travail qu’il a développé à partir de 1997 autour des monuments européens exploite la planche contact, non pas en tant qu’outil de travail intervenant à une étape du processus mais en tant que forme finale de l’œuvre.

« Contacts N&B 1997-2005 » : des déconstructions de monuments européens

Toutes les œuvres de la série Contacts N&B sont des planches contact en noir et blanc. Le travail s’effectue dès les prises de vue : chacune d’elles fixe un fragment d’un monument de telle façon que la présentation des bandes négatives offre une vision morcelée et déformée de l’édifice,  en une multitude d’images. Ainsi plusieurs clichés intitulés Paris 1997 offre une image déstructurée de la Tour Eiffel, qui dans l’un des montages dresse sa pointe en zig-zag vers le ciel tandis que dans un autre, son arche inférieure est exagérément amplifiée et sa pointe multipliée.

Les vues déstructurées rappellent la fragilité de nos créations

L’exposition présente également des vues déstructurées d’une église norvégienne photographiée à Cardiff, au Pays de Galles en 2002, de Times Square à New York vu de nuit, Big Ben et divers autres sites architecturaux, à la fois extérieurs et intérieurs. A travers la pratique de déconstruction et de reconstruction de monuments souvent connus Thomas Kellner entend souligner la fragilité de valeurs que l’on croit établies et de nos créations.