DANSE | SPECTACLE

Versus

22 Fév - 22 Fév 2018

Duo chorégraphique en forme de double solo d'une part, et création à cinq artistes d'autre part, Versus attise la curiosité. Crée et interprété par les chorégraphes Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours, Versus conjugue installation artistique, composition électro et chant baroque.

Versus attise les curiosités, cultive le mystère. Nouvelle création de la Cie Sine Qua Non Art, la pièce chorégraphique Versus conjugue danse, création sonore et arts plastiques. Pour une rencontre entre cinq artistes, cinq univers singuliers et envoûtants. En tant que spectacle de danse, Versus est présenté sous les traits d’un duo de soli. Rien que le titre, Versus (vs., tel qu’abrégé en anglais pour signifier la confrontation), indique une ambivalence. Contre, tout contre, Versus réunit deux chorégraphes danseurs (Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours), un artiste plasticien, et deux musiciens (Edouard Hazebrouck et Damien Skoracki). Jouant sur les propriétés de réflexion, diffraction, réfraction, les installations et sculptures du plasticien Etienne Rey composent des espaces éclatés. De verre et de lumière, ses œuvres jouent sur les facettes, les propriétés optiques, entre transparence fluide et éclaboussures lumineuses.

Versus de Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours : un expérience sensorielle

Prismes et propriétés dichroïques, superpositions et fragments, les installations d’Etienne Rey modèlent des espaces visuels complexes. Pour Versus, il déploie un dispositif en rotation. Sur un plateau tournant, segmenté, les deux danseurs chorégraphes, Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours, élaborent un duo en forme de double solo. Chassé-croisé ou jeu de cache-cache, c’est dans la perception des spectateurs que s’opère la synthèse du divers. Tandis que sur scène, chacun des danseurs compose avec lui-même, avec le dispositif scénique qui lui dissimule en partie la présence de l’autre. Tour de verre et de reflets, obscure clarté des oxymores qui masquent et révèlent… À ce double solo des corps répond l’écho d’une double composition musicale. Rencontre entre la tessiture du ténor baroque Edouard Hazebrouck et la composition électro de Damien Skoracki. De l’ambient éclectique au chant baroque, s’ouvrent alors des paysages sonores.

Prisme chorégraphique, entre danse, création sonore et arts visuels (Etienne Rey)

Figure du double et de l’altérité, Versus démultiplie ainsi les mises en regard. Entre les sens et disciplines (son, chant, lumière, danse, costumes, scénographie…). Entre les façons de danser et d’aborder les écritures chorégraphiques. Mais aussi entre les façons de chanter, de faire de la musique et de composer. Ou encore entre les multiples facettes discrètes à partir desquelles se constitue la perception d’un ensemble homogène. Cinq artistes singuliers pour un spectacle chorégraphique : Versus. Expérience sensorielle et perceptive, voyage dans l’imaginaire, ou poétique du sensible en mouvement, Versus promet ainsi un transport. À la vitesse des corps humains, à la vitesse du son, à la vitesse de la lumière. Pour une expérience de création et d’écriture en solo, à deux, à cinq, à 5 + n spectateurs.