DESIGN | PRIX

Prix du Luminaire 2018

19 Juin - 19 Juin 2018

Comment le GIL - Syndicat du Luminaire pourrait-il fêter son bicentenaire autrement qu'en lumière ? Fédérant des designers émergents, le 19 juin prochain le Groupement Interprofessionnel du Luminaire présentera les douze finalistes de son Prix du Luminaire 2018. Et nommera les quatre projets lauréats.

Pour fêter son bicentenaire avec éclat, le GIL – Syndicat du Luminaire, a organisé un grand concours de design émergent. Une invitation à la création de luminaires, en partenariat avec l’incubateur créatif que sont les Ateliers de Paris. Après avoir mobilisé les écoles d’arts appliqués les plus réputées en la matière — École Bleue, École Boulle, Ensaama, EnsAD, ENSCi-Les Ateliers et École Estienne —, le moment décisif est arrivé. Le 19 juin prochain, le GIL (Groupement Interprofessionnel du Luminaire) exposera ainsi les douze projets finalistes en sont sein, dans le Marais. Pour une soirée au cours de laquelle sera dévoilée l’identité des quatre lauréats du Prix du Luminaire 2018. Soit l’occasion de découvrir, en amont, douze projets de luminaires aux accents inventifs et innovants. Suspensions, lampes à poser, lampe baladeuse, lampadaires… Pour un aperçu du luminaire contemporain, dans tous ses états.

Prix du Luminaire 2018 : un prix pour fêter le bicentenaire du GIL – Syndicat du Luminaire

Fondée en 1818, la Réunion des Fabricants de Bronzes (RFB) deviendra le GIL en 1945. À son origine, la RFB a pour vocation la défense de la propriété intellectuelle. Mais elle accompagne également la révolution industrielle et ses grandes transformations. Du gaz à l’électricité, l’éclairage connait alors de profondes mutations, y compris dans la définition des standards de sécurité. L’éclairage urbain, dans son développement exponentiel, recourt largement au bronze. La dimension esthétique s’y affirme également à travers la défense d’un savoir-faire et d’un luxe (du latin lux-lumière) à la française. Lucrative, la lutte contre la contrefaçon permet à la RFB d’acheter un immeuble dans le Marais — site actuel. Un lieu dont l’amplitude est alors propice à l’exposition de lustres. Pendant les guerres mondiales, le bronze et la main d’œuvre (en un mot, l’industrie) seront réservés à l’armement. Dissoute, la RFB renaît en 1945 sous la forme du GIL.

Prix du Luminaire 2018 : un soutien et une mise en lumière du design émergent

Aujourd’hui, le GIL encourage régulièrement la recherche et le développement. Via des partenariats d’excellence (avec Piseo – centre d’innovation et conception de systèmes optiques). Ou en organisant des concours du luminaire. Les enjeux actuels du secteur tournent autour des technologies LED, OLED (Diode ÉlectroLuminescente Organique). Avec leur luminosité puissante et peu calorifique. Les douze projets finalistes du Prix du Luminaire 2018 ont ici en commun l’adoucissement de cette texture lumineuse. Ainsi que la mise à profit d’une certaine proximité tactile. L’épure minimaliste s’y conjugue avec des formes aux accents organiques, de l’arborescence à l’insecte, à l’aune d’ampoules rebondies. Des bulles lumineuses qui s’entourent d’évocations végétales (Ovli de Céline Loison ; Reverse de Pierre-Alexandre Cesbron et Matthieu Muller). Se démultiplient par le miroitement (Kaléidoscope de Charlotte Goudouneix). Ou se baladent dans un écrin en bois (Loona, de Clément Demarson). Pour un Prix du Luminaire 2018 tout en légèreté.

Entrée sur invitation.