PHOTO

Chandigarh Replay

PMarie-Jeanne Caprasse
@12 Jan 2008

Stéphane Couturier joue et déjoue l’architecture d’une ville. Il capture les lignes qui forment la structure des façades de la ville administrative de Chandigarh, et les fusionne à des images de fresques colorées qui décorent l’intérieur de ces bâtiments administratifs.

C’est ue ville réinventée que l’on découvre dans les photographies de Stéphane Couturier. Des architectures modernes aux façades colorées. Et l’on s’interroge, quelle est cette ville que nous ne connaissons pas, ou peut-être pas comme cela.
La clé de l’énigme réside dans le processus de création de ces photographies, elles résultent de la fusion de deux clichés : ceux des façades des bâtiments, grises structures en béton, et ceux des fresques et des tapisseries décorant les espaces intérieurs de ces mêmes constructions.

La physionomie qu’il offre ainsi de la ville de Chandigarh s’en trouve métamorphosée. Cette ville nouvelle indienne construite en 1951 par le Corbusier pour abriter la capitale administrative de l’Inde se caractérise par sa rigueur géométrique et sa grisaille uniforme. Couturier la réinvente, sous un jour lumineux et fantaisiste.

Grâce aux manipulations numériques, le photographe joue encore une fois avec nos repères et trouble la lecture de l’image. Ses clichés, le plus souvent cadrés serrés sur la façade, se recentrent sur la géométrie des formes et leur intrication.
Si on lit facilement l’objet montré, on est rapidement troublé par des superpositions d’éléments qui s’entrecroisent en défiant la logique. Mais l’on y croit car le fondu entre les façades et les fresques construit un nouvel équilibre des formes et des couleurs, comme dans un tableau abstrait.
Ce sentiment est renforcé sur certaines photographies par un cadrage très serré qui empêche toute impression de profondeur.

Cette perte de repères et l’intrication des motifs est dans la ligne directe de sa dernière série «Melting point». Stéphane Couturier n’hésite pas à jouer avec le réel et à construire un espace où les éléments se superposent, fusionnent et inventent une nouvelle réalité qui, dans son apparente simplicité, reste ambiguë.

Stéphane Couturier
Chandigarh Secrétariat N° 3, 2007. C-print. 160 – 202 cm
Chandigarh Secteur 44 – photo N° 1, 2007. C-print. 160 – 200 cm
Chandigarh Haute Cour de Justice N° 1 , 2007. C-print. 100 – 120 cm
Chandigarh City Map N° 1, 2007. C-print. 160 – 128 cm
Chandigarh Secrétariat N° 2, 2007. C-print. 180 – 226 cm
Chandigarh Secrétariat N° 1, 2007. C-print. 100 – 130 cm