ART | EXPO

Capharnaüm

08 Juin - 22 Juil 2018
Vernissage le 07 Juin 2018

L’exposition « Capharnaüm » au Bon Accueil, à Rennes, présente une installation sonore d'Octave Courtin à travers laquelle l’artiste poursuit son exploration de la matérialité du son, de son rapport au corps et de l’engagement de celui-ci dans une pratique sonore.

L’exposition « Capharnaüm » au Bon Accueil, lieu d’exposition dédié aux arts sonores à Rennes, dévoile une installation sonore d’Octave Courtin qui met en valeur la matérialité du son et son rapport au corps.

Capharnaüm, une installation sonore d’Octave Courtin

L’installation Capharnaüm d’Octave Courtin est un assemblage de ballons de baudruche, de gonfleurs, d’anches et de tuyaux qui composent une sorte de pieuvre sonore. De l’air mécaniquement expulsé par des ballons de baudruche circule à travers un réseau de tuyaux enchevêtrés avant d’atteindre un ensemble d’anches détournées qu’il fait vibrer, générant ainsi des drones sonores riches en harmoniques qui rappellent des instruments comme la cornemuse ou l’harmonium.

Entre harmonium vivant et octopus sonore, la masse noire et tentaculaire créée par Octave Courtin émet des sons qui emplissent l’espace. D’éléments auditifs, les sons deviennent après cette expulsion des éléments kinesthésiques, le spectateur les percevant alors comme des masses d’air qui entrent en dialogue avec la sensation des mouvements de son propre corps. Le souffle contenu dans les poches noires vient se matérialiser dans l’espace.

Octave Courtin explore la matérialité du son et son rapport au corps

L’installation Capharnaüm s’inscrit pleinement dans le cadre du travail que mène Octave Courtin autour de la notion de matérialité et de physicalité du son, de son rapport au corps et de l’engagement de celui-ci dans une pratique sonore. Sous la forme d’installations ou de performances, ce travail s’appuie sur la facture instrumentale. En effet, le processus créatif d’Octave Courtin, professionnellement investi, en parallèle de son activité artistique, dans la fabrication d’instruments à vents, passe souvent par la fabrication d’objets sonores à partir d’instruments de musique ou d’objets manufacturés. Fil conducteur de ce travail, le son y conserve toujours des enjeux éminemment plastiques.