ART | EXPO

V

20 Juin - 21 Juil 2018
Vernissage le 20 Juin 2018

L’exposition « V » à la galerie nantaise Paradise rassemble une installation, des vidéos, des dessins, une photographie et une affiche d’Alain Declercq qui témoignent de son travail sur l’autorité de l’Etat, la force policière, l’ordre, la violence et la guerre.

L’exposition « V » à la galerie Paradise, à Nantes, présente des œuvres d’Alain Declercq : une photographie, une affiche, une installation, des vidéos, des dessins et des objets qui abordent les thèmes du pouvoir oppressif et de la violence policière.

Alain Declercq explore l’autorité de l’Etat, la force policière, la violence et la guerre

Le « V » qui donne son titre à l’exposition est celui de la victoire, que deux doigts dressés symbolisent dans le langage gestuel. On retrouve en effet ce geste dans la photographie éponyme réalisée par Alain Declercq en 2017 : plongée dans l’obscurité, une main levée dresse deux doigts en forme de V, dont les deux dernières phalanges sont enflammées.

L’image est riche de multiples interprétation : montre-t-elle le signe de la victoire ou simplement celui d’une provocation insurrectionnelle ? Symbolise-t-elle l’oppression et l’anéantissement d’une rébellion positive ou au contraire la façon dont celle-ci représente la lumière dans la nuit du pouvoir arbitraire ? On retrouve la même image sur un blason brodé portant le même titre qui, par la valeur d’emblème qu’il lui confère, tend à en faire un symbole positif de revendication.

Les œuvres d’Alain Declercq brouillent les limites en fiction et réalité

L’installation War Games, créée en 2006, est composée d’un grand bureau, entouré de fauteuils et dans lequel sont intégré des écrans et des casques relié à un lecteur DVD, un dispositif typique d’un lieu de pouvoir où sont prises des décisions cruciales. Alain Declercq utilise ainsi des objets chargés de leur charge symbolique, qu’il détourne ici en imaginant le visionnage d’un film interdit. Elle s’inscrit dans la démarche d’Alain Declercq consistant à produire des fictions si réalistes qu’elles brouillent sciemment les limites de la réalité.

Le film Embedded témoigne de la technique d’infiltration qu’utilise l’artiste, qui rend ici compte de ses observations au cœur de manifestations suivies pendant des années. L’affiche B-52, sur laquelle on voit un homme pointer une arme à feu sur un bombardier américain décollant pour Bagdad pendant la guerre en Irak, répond par les mêmes codes que la propagande utilisée pour justifier cette guerre.