DANSE | SPECTACLE

Circular / Breaking Point / Revelations

16 Jan - 21 Jan 2018

Cultivant ballet, moderne jazz et contemporain, la compagnie new-yorkaise Ailey II présente Circular / Breaking Point / Revelations, un triptyque chorégraphique en trois actes. Articulé autour de Revelations (1960), le spectacle propose également deux créations récentes, Circular et Breaking Point.

Prolongeant l’héritage du chorégraphe afro-américain Alvin Ailey (1931-1989), la compagnie new-yorkaise Ailey II propose un spectacle en forme de triptyque chorégraphique. Au menu : trois pièces interprétées par les douze danseurs de la compagnie. Soient Circular (2016) du chorégraphe Jae Man Joo ; Breaking Point (2017) de Renee I. McDonald et Revelations, reprise de la pièce chorégraphiée par Alvin Ailey en 1960. Trois pièces imprégnées de danse modern jazz, de ballet et de danse contemporaine, pour un triple condensé de virtuosité. Sur des musiques allant de Georg Friedrich Haendel à Audiomachine, groupe dédié à la production de musiques de bandes-annonces. Autrement dit : une création états-unienne particulièrement habile dans cette manière de conjuguer les genres et étiquettes, entre cultures de masse, industries culturelles et grand art. Avec pour résultante un spectacle en trois volets, trois moments d’enthousiasme.

Revelations d’Alvin Ailey : un spectacle charnière, repris par Ailey II

Danseur classique puis de jazz, Alvin Ailey travaille d’abord avec The Dance Theater of Los Angeles de Lester Horton, pionnier de la danse moderne. Après le décès de Lester Horton et après avoir repris la direction de la compagnie pendant quelques années, Alvin Ailey fonde l’Alvin Ailey American Dance Theater, à New York, en 1958. Son spectacle Revelations (1960) le propulse au rang des chorégraphes les plus significatifs. Dans un contexte antérieur au Civil Rights Act de 1964, Alvin Ailey, en tant qu’artiste et chorégraphe afro-américain, devient une figure de l’engagement politique par l’art. Revelations conjugue ainsi ballet classique, danse moderne, danse jazz, musiques spiritural, gospel et blues, pour une pièce gracile et inspirée. L’Alvin Ailey American Dance Theater compte dorénavant deux compagnies, la compagnie éponyme et Ailey II, la compagnie junior. Avec des créations et des invitations faites à de jeunes chorégraphes. Pour un répertoire qui continue d’évoluer.

Circular et Breaking Point : entre ballet, contemporain  et danse modern jazz

Circular (2016) du chorégraphe coréen Jae Man Joo, propose ainsi une pièce de ballet explorant le panel des émotions humaines. Pour une danse délicate et vibrante, cultivant une forme d’harmonie, sur des musiques aux accents célestes. Telle la Suite pour clavecin en ré mineur de Georg Friedrich Haendel. Ou les Sonates pour violon et piano d’Edison Denisov. Tandis qu’à l’opposé, Breaking Point (2017), de Renee I. McDonald, plonge dans la musique orchestrale d’Audiomachine pour mieux livrer une chorégraphie quasi-épique. Musique poignante et intense, à l’image de ces grandes symphonies des films hollywoodiens, Breaking Point plonge dans la passion. Avec un spectacle contrasté, qui n’est pas sans rappeler l’Expressionnisme cinématographique allemand. Et glissant d’un répertoire à l’autre, de la délicate nuance de Circular, à l’enthousiasme épique de Breaking Point, en passant par la grâce de Revelations, la compagnie Ailey II emporte le public dans ses montagnes russes d’émotions chorégraphiques.