PHOTO | EXPO

Battling with the Wind

08 Sep - 20 Oct 2018
Vernissage le 08 Sep 2018

L’exposition « Battling with the Wind » à la galerie parisienne Maubert dévoile de nouvelles réalisations d’Agnès Geoffray qui poursuit sa recherche sur le rapport entre les mots et les images, entre le langage et le corps. Photographies, vidéo, diapositives et pièces sculpturales mettent en lumière l’importance de la main et du geste en tant que porteurs de sens.

L’exposition « Battling with the Wind » à la galerie Maubert, à Paris, présente des séries photographiques, une vidéo, des diapositives et des objets à travers lesquels Agnès Geoffray exprime l’importance de la main et des gestes dans la singularité et l’histoire humaines.

« Battling with the Wind » : Agnès Geoffray explore le lien entre les mots et les images

Les nouvelles œuvres d’Agnès Geoffray renvoient à la chorégraphie en tant qu’écriture du mouvement dans laquelle le corps est l’acteur principal. A travers des images de gestes, de postures et d’attitudes corporelles empruntées à la peinture, à l’histoire ou simplement à la vie quotidienne, l’artiste relève une mémoire des gestes qui traversent les époques et dévoile par leur biais comment le corps se fait le porter de sens.

Séries de photographies, vidéo, projection de diapositives et objets sont traversés par la question qui est au cœur de la recherche d’Agnès Geoffray : comment relier les mots et les images, le langage et le corps ? Une interrogation sous-tendue par celle encore plus fondamentale sur les possibilités de lutte contre l’oubli. Ici, l’écriture et la photographie dialoguent et mettent en lumière le rôle primordial de la main et du geste dans le lien recherché.

Agnès Geoffray met en lumière l’expressivité de la main et du geste

La série photographique intitulée Les impassibles isole divers gestes manuels : ici un bras et une main tenant verticalement une règle de bois, là une toise fixée au mur contre laquelle vient se poser et se mesurer une main, ailleurs deux mains croisées sur les doigts desquelles sont inscrits les mots « Obey » et « Play, ou encore deux mains sortant un tirage d’un bain photographique. La projection de diapositives Choreography I orchestre un ballet de mains, blanches figures sur un fond noir suivant la chorégraphie du langage des signes.

Des pièces sculpturales comme la série Les élégantes, suggèrent également l’importance de la main qui est organe de la sensation, mais aussi outil pour faire, défaire, écrire, tracer, mesurer, en un mot pour éprouver les choses. Ici, des gants en cuir noir posés à plat sont gravés au laser de différents mots, tous des verbes à l’impératif. Telles des enveloppes vides évoquant des mains absentes, ils sont en attente de gestes, symbolisés par ces mots en forme d’injonctions qui disent l’action à venir.