Ménagerie de verre

ADRESSE

12-14 Rue Lechevin 75011 ParisFrance

TELEPHONE

Tel. : 33 1 43 38 33 44Fax. : 33 1 43 38 74 56

METRO

Parmentier3
Saint-Ambroise9

HORAIRES

lundi
10:00 - - 18:00
mardi
10:00 - - 18:00
mercredi
10:00 - - 18:00
jeudi
10:00 - - 18:00
vendredi
10:00 - - 18:00

La Ménagerie de verre est un lieu consacré à la création contemporaine, où se rencontrent les disciplines artistiques. Le spectacle vivant (danse, performance, théâtre…) y côtoie les arts plastiques (vidéos, installations…). Vaste laboratoire d’expérimentation et de production, la Ménagerie de verre est un acteur majeur de la création chorégraphique française et européenne. Une grande partie de la nouvelle scène passe, ou est passée, par la Ménagerie de verre. Toujours dans une dynamique d’encouragement et de dépassement, la Ménagerie cultive l’innovation, la prise de risque et l’audace artistique, pluridisciplinaire. C’est ainsi qu’au fil des résidences d’artistes et des festivals, les nouveaux talents s’y forgent, y émergent et s’y confirment.

La Ménagerie de verre : lieu de création chorégraphique élargie et festivals précurseurs (Les Inaccoutumés, Étrange Cargo)

C’est en 1983 que Marie-Thérèse Allier ouvre la Ménagerie, dans les anciens locaux d’une imprimerie du 11e. Avec ses deux-mille m2 (et six studios, notamment), le lieu accueille ainsi, depuis plus de trente ans, chorégraphes et artistes en résidence, en phase de création et production. Espace de rencontre et d’émulation, les artistes y prennent des cours, y donnent des cours. Lieu de présentation, des spectacles inédits y sont régulièrement proposés, notamment dans le cadre des deux festivals féconds que sont : Les Inaccoutumés (festival de danse contemporaine créé en 1995) et Étrange Cargo (festival pluridisciplinaire de création contemporaine, créé en 1997). Ces deux temps forts, créés et portés par la Ménagerie de verre, impulsent et essaiment dans le spectacle vivant contemporain. Depuis son ouverture, la Ménagerie a accueilli des chorégraphes comme Daniel Larrieu, Raimund Hoghe, Carolyn Carlson, Philippe Decouflé, Régine Chopinot, Angelin Preljocaj…

L’interdisciplinarité : danse, performance, vidéo, théâtre, arts plastiques…

La Ménagerie de verre a accompagné le courant de la « non-danse », ou « danse conceptuelle », « plasticienne », des années 1990-2000. Notamment avec Jérôme Bel, Boris Charmatz, Claudia Triozzi, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard, Christian Rizzo, Rachid Ouramdane, Mathilde Monnier… Elle entretient des liens étroits avec le théâtre, via Philippe Minyana, Robert Cantarella, Olivier Py, Pascal Rambert, Claude Régy… Mais aussi avec l’écriture, via Christophe Fiat, Chloé Delaume… Ou les arts plastiques, avec Nicolas Floc’h, César Vayssié, Théo Mercier… Autrement dit, la Ménagerie de verre cultive l’interdisciplinarité et encourage le décloisonnement par l’investissement de l’espace et du corps. À cet égard, l’œuvre de Triozzi peut, en un sens, être considérée comme emblématique. Profondément interdisciplinaire, celle-ci s’étend de Dolled’up (1999), par exemple, questionnant le monde du travail précaire, à Pour une thèse vivante – Chapitre I (2011), interrogeant la possibilité de présenter une thèse universitaire chorégraphiée.