Claude Closky

Claude Closky

SITE INTERNET

http://ww.closky.info/

Claude CLOSKY — né le 22 mai 1963 à Paris (France). Vit et travaille à Paris.

Claude Closky est un artiste contemporain français dont la pratique inclut installation, photographie, dessin et gribouillage, peinture, vidéo… Volontiers touche à tout, Claude Closky cultive un esprit Dada, un peu potache, greffant ses œuvres et traits d’esprit sur des codes de consommation en usage. Magazines, publicités et détournement de cet art très sérieux qui consiste à susciter, chez les spectateurs, un impérieux besoin d’acheter sont ainsi recyclés en art contemporain. Parmi ses pièces les plus connues se comptent notamment ses ajouts de légendes et griffonnages au stylo à bille, sur des publicités de magazines. Tel 3 drops are enough (1996). Le travail de Claude Closky est actuellement représenté par la Galerie Laurent Godin (Paris), la Galerie Mehdi Chouakri (Berlin), Mitterrand+Cramer (Zurich), notamment.

Claude Closky : les Frères Ripoulin, le collectif et les œuvres composées dans l’économie de moyens

Claude Closky a brièvement étudié à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (1982-1983). S’il quitte l’ENSAD au bout de la première année, il y rencontre néanmoins Nina Childress et Pierre Huyghe, avec qui, entre autres, il fonde le collectif d’artistes Les Frères Ripoulin. Art graphique, action et Street Art forment alors le cœur de leur pratique. En 1988, Claude Closky quitte le groupe, qui se dissout. L’une de ses premières expositions personnelles se déroule à l’Hôpital Éphémère (Paris), en 1991. Une initiative d’occupation artistique de friches urbaines, en accord avec l’économie de moyens revendiquée. En 2002, son ouvrage Mon père reprend une série de publicités légendées. Utilisant des photos et compositions mettant en scène des hommes et pères idéaux, Claude Closky recrée de la narration. Telle « Mon père était là lorsque je suis né », sous une photo d’homme en costume, portant un bébé nu.

Séries et successions : les installations multimédias, la narration et les sauts discursifs

En 2005, Claude Closky commence à enseigner à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il reçoit également le Prix Marcel Duchamp. Articulant des œuvres où se côtoient accumulation, collection, systématisation, langage et récupération, il présente Manège, pour son exposition subséquente. Présentée au Centre Pompidou en 2006, Manège arbore les traits d’une installation vidéo incitant les spectateurs à suivre les projections. Dans la pièce, des moniteurs sont disposés au mur. Successivement, de courtes actions sont présentées sur ces moniteurs, passant d’un écran au suivant. Les spectateurs suivent ainsi rapidement les projections : courant, non pas après la queue du Mickey, mais après les images diffusées. Cultivant les expositions collectives, Claude Closky a notamment participé à plusieurs Biennale de Venise (2001, 2003, 2017…). À l’instar de son site internet (http://www.sittes.net/), présentant des projets multimédias touffus, il s’amuse à perturber les attentes des spectateurs en matière de communication.