Les Tanneries

Centre d’art contemporain

ADRESSE

234 Rue des Ponts 45200 AmillyFrance

TELEPHONE

Tel. : 33 2 38 85 28 50

HORAIRES

mercredi
- - 14:3018:00
jeudi
- - 14:3018:00
vendredi
- - 14:3018:00
samedi
- - 14:3018:00
dimanche
- - 14:3018:00

Les Tanneries sont le nouveau centre d’art contemporain de la ville d’Amilly, en périphérie de Montargis. Inaugurées le 21 septembre 2016, Les Tanneries occupent un vaste bâtiment rectangulaire. Soit une architecture conçue en 1947 pour répondre à une vision optimisée de l’industrie du cuir. Depuis lors, le site a été entièrement réhabilité (architecte : Bruno Gaudin) pour le faire coïncider avec sa vocation de diffusion et soutien à la production d’art contemporain. Les Tanneries se déploient ainsi sur deux niveaux, au cœur d’un vaste jardin de sculptures. En leur qualité de centre d’art contemporain, Les Tanneries d’Amilly organisent des expositions tout en accueillant des créateurs en résidence. Les actions de médiation prennent les formes de conférences, rencontres, ateliers en famille… Les Tanneries organisent globalement une petite dizaine d’expositions par an, déployant éventuellement deux ou trois expositions en simultané. Elles alternent expositions collectives et monographiques, invitant des artistes pluridisciplinaires, émergents et confirmés.

Les Tanneries – Centre d’art contemporain d’Amilly : de la friche au centre d’art, la création contemporaine au cœur d’un parc de sculptures

Construites en 1947, fermées en 1967, les tanneries d’Amilly sont rachetées par la municipalité en 2002. Progressivement investi par des artistes et créateurs contemporains, le lieu, alors assez dégradé, se métamorphose en friche culturelle. À partir de 2007, l’association L’AGART, engagée depuis 2001 à promouvoir l’art contemporain, va y organiser des expositions temporaires. Les œuvres produites in situ commencent à s’y déployer. En 2013, des travaux de réhabilitation sont lancés et l’inauguration se déroule en 2016. Au rez-de-chaussée, la Grande Halle offre désormais 1500 m2 d’espace. Et au premier étage, la Galerie Haute se déploie sur 500 m2. S’y adjoignent deux ateliers de production d’une soixantaine de mètres carrés. Le tout étant niché au cœur d’un parc, destiné à devenir parc de sculptures. Embrassées par les deux bras du Loing (l’industrie du cuir étant gourmande en eau), le parc des Tanneries offre ainsi un cadre contemplatif appréciable.

Expositions (peinture, vidéo, installation, photographie…), résidences d’artistes, sculptures et spatialisations contemporaines

Ancien directeur des Turbulences, à Orléans, Éric Degoutte est nommé à la tête des Tanneries. Les deux premières expositions inaugurales se sont matérialisées en deux expositions collectives « Histoire des Formes » et « Presqu’île #1 ». Sous le commissariat d’Éric Degoutte, « Histoire des Formes » (2016-2017) aura rassemblé des peintures, sculptures, photographies, installations et actions performatives d’artistes intergénérationnels. Dont Donald Judd, Lena Amuat & Zoë Meyer, Vera Molnar, Elisabeth Ballet, Herbert Hamak, François Morellet, Eva Taulois, Kees Visser… Avec « Presqu’île #1 » (2016-2017), sous le commissariat d’Éric Degoutte, le parc de sculptures se sera peuplé d’œuvres de Nathalie Brevet et Hugues Rochette, Philippe Ramette, Jennifer Caubet… Les deux expositions suivantes (à partir d’avril 2017) auront mobilisé la curatrice Léa Bismuth (exposition collective « L’éternité par les Astres ») et l’artiste belge Wesley Meuris, en résidence aux Tanneries (exposition monographique « Scenes of Engagement »).