DANSE | SPECTACLE

EX-POSE(S)

26 Juin - 26 Juin 2021
Vernissage le 26 Juin 2021

Un duo masculin, un autre féminin. Une fraternité troublante, une sororité réjouissante. La proximité physique qui se fait combat ou étreinte, au sein d'une danse qui s’inspire de la sculpture. Les chorégraphes Héla Fattoumi et Éric Lamoureux juxtaposent les opposés et explorent « l’entre-l’autre » dans le spectacle EX-POSE(S).

Les chorégraphes Héla Fattoumi et Éric Lamoureux explorent depuis plusieurs années les liens entre la sculpture et la danse, entre le fixe et le mouvant. Dans Lost in Burqa (2009), le mouvement surgissait en dehors de vêtements sculptés ; dans Oscyl (2017), des interprètes dansaient aux côtés de sculptures mobiles. Leur nouvelle création EX-POSE(S) s’inspire, quant à elle, des œuvres de deux sculpteurs du XXe siècle : Henri Laurens et Ousmane Sow. Les deux duos qui composent EX-POSE(S) interrogent la proximité entre les corps, des points de vue affectif et combatif.

EX-POSE(S) : une réjouissante sororité

Les danseuses Meriem Buajaja et Chourouk El Mahati interprètent le premier duo. Tout de noir vêtues, elles reproduisent les postures de La Petite Musicienne et de La Petite Espagnole (1932), deux sculptures d’Henri Laurens qui représentent des femmes aux gestes élancés et à l’allure fière. Les interprètes s’emparent progressivement de ces formes, sur un rythme régulier, comme si elles se modelaient en une série de statues sous les yeux des spectateurs. Ce cheminement individuel aboutit à un rapprochement des deux femmes, qui cherchent à combiner leurs postures et à les imbriquer les unes dans les autres. La petite musicienne et la petite espagnole se mettent alors à danser ensemble. Une joyeuse sororité découle de leur improbable rencontre.

EX-POSE(S) : une troublante fraternité

Interprété par Mohamed Chniti et Mohamed Fouad, le second duo s’inspire de l’œuvre Couple de lutteurs corps à corps (1988) sculptée par Ousmane Sow. Métaphore de la lutte menée par le continent africain pour exister, cette sculpture représente deux combattants issus des Noubas, une ethnie en cours de disparition au sud du Soudan. Avant de débuter la bataille chorégraphique, les danseurs se toisent à distance, canalisant l’énergie nécessaire au combat acharné. Puis le duel commence. Les deux forces opposées fusionnent alors : la proximité occasionnée par l’affrontement frôle la sensualité, comme le suggère le titre de la sculpture. Une troublante fraternité s’établit lors de ce « corps à corps » au sein du « couple »  de ces deux lutteurs.

• Chorégraphie : Héla Fattoumi / Éric Lamoureux
• Interprètes au féminin: Meriem Bouajaja, Chourouk El Mahati
• Interprètes au masculin : Mohamed Chniti, Mohamed Fouad
• Musique : Éric Lamoureux
• Direction technique : Thierry Meyer
• Production : VIADANSE, Centre chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Belfort