DANSE | SPECTACLE

Chronological

18 Jan - 19 Jan 2019

Le temps s'écoule dans une seule direction, traçant une succession univoque et irréversible. Tel est l'a priori auquel se frotte le trio chorégraphique Chronological, de Yasmine Hugonnet. Une plongée dans la trame sensible du temps, brouillant les pistes par la voix, le mouvement et les expressions du visage.

Avec Chronological [graphie : Chro no lo gi cal] (2018), la chorégraphe helvète Yasmine Hugonnet (Cie Arts Mouvementés) livre un trio articulé autour du temps. Un temps vécu et dansé, comme une expérience aussi sensorielle que sensuelle. Creusant le présent jusqu’à l’extase, cette sensation de parfaite coïncidence, sans passé ni futur, Chronological explore les articulations qui font la succession. En temps réel. Dans sa perception la plus aiguisée, le temps dévoile son irréversibilité. L’ordre chronologique est la seule loi qui ne connaisse aucune transgression. Et puisant dans cette limite qui structure le vécu, Yasmine Hugonnet propose une pièce attentive au phénomène. « J’ai sauté du mur, je ne vais pas remonter », donne-t-elle comme exemple. Sur une scène sobre, éclairée et dénudée, les trois danseuses — Ruth Childs, Audrey Gaisan-Doncel, Yasmine Hugonnet — parfilent ainsi le geste musculaire, la voix, et les expressions du visage, pour donner à percevoir cette chair temporelle.

Chronological de Yasmine Hugonnet : un trio sensuel, qui chahute la perception du temps

Le philosophe Immanuel Kant place la perception du temps (succession) et de l’espace (distribution) à la base même de toute expérience. Ce duo, qu’il nomme ‘esthétique transcendantale’, forme la condition de possibilité de toute expérience. Si tout peut-être modifié, la perception du temps demeure une limite. Et la succession linéaire conditionne le vécu, la connaissance. Avec Chronological, Yasmine Hugonnet s’attache ainsi à cette limite primordiale. Lorsque le corps est allongé, parfaitement détendu, il suffit par exemple de vouloir initier un geste, lever le bras gauche, pour que s’amorce toute une mécanique de l’action. Avant même que le bras ne soit levé, le cou se sera peut-être activé, le ventre contracté, les lèvres plissées. Jeu d’écoute profonde, Chronological plonge dans la texture de la perception sensible. Mais avec une chorégraphe-danseuse pratiquant également la ventriloquie. Contribuant ainsi à brouiller les pistes de la logique spatio-temporelle.

Une expérience sensorielle entrelaçant voix, mouvements et expressions du visage

Trois corps, trois voix, et parfois des visages impassibles, qui ne permettent pas de savoir d’où vient la voix. Qui parle ? Le mot s’égrène, se répète, se diffracte. Chro-no-lo-gi-cal. Cinq syllabes auxquelles il s’agit de conférer une texture temporelle. Dire que la feuille est verte ne rend pas sa verdure palpable. Dire la chronologie ou l’irréversibilité ne rend pas, en soi, sensible le temps vécu. Il faut malaxer la matière pour mettre au jour ces sensations. Pour la voix : en modulant les tonalités, le volume ; en jouant sur les accélérations ou décélérations ; en variant la linéarité, la cadence. Un jeu de fréquences et vibrations qui à son tour affecte et engage les corps. Celui des danseuses comme des publics, lorsque l’habitude crée des attentes, des anticipations mimétiques. Logique du temps et langueur de l’action, Chronological vient ainsi perturber les sens, en aiguisant la perception du présent.