PHOTO

Who Will Cast the First Stone ?

Pour leur première exposition monographique, les deux frères qui composent le duo La Fratrie ont choisi un titre polysémique : «Who Will Cast the First Stone ?». Empruntée à la bible, la question «Qui (me) jettera la première pierre»  est une allusion angoissée à la réception critique d’une œuvre exposée pour la première fois au public. Le titre renvoie aussi au motif même des pièces, des imitations de pierres ou de rochers, que La Fratrie jette littéralement à la vue du public.

Chaque pièce est un monde en lui-même : plaque terrestre, végétaux, constructions. Ramenés à la dimension de maquettes, ces objets sont fascinants de  précision et d’évocation. Leurs dimensions suggèrent les jeux de l’enfance de modèles réduits et le cristallin de l’œil adulte doit se contracter pour s’adapter au rapport d’échelle.

Fidèles à l’interpénétration de la culture populaire et savante pour produire des formes nouvelles, les sources d’inspiration sont multiples, mêlant avec aisance histoire de l’art et de la télévision, enjeux environnementaux et drogue. La Fratrie dit s’intéresser à l’homme et au monde, et par extension à la pollution, qu’elle soit environnementale ou simplement mentale.

Ainsi Temptation Island est la parodie d’un divertissement télé moralement douteux, où les cocotiers voisinent avec une guillotine et une chaise électrique. Comme souvent chez La Fratrie, le titre joue sur une ambivalence sémantique, ici la tentation du suicide chez l’homme moderne seul face à l’exercice de son libre arbitre.

Spiral Junkie
est un détournement de l’œuvre de land art de Robert Smithson, Spiral Jetty, dont la spirale de cailloux a été remplacée par une ligne de cocaïne.

Pour The Fall of a Man, Lucas Cranach et son tableau homonyme sont convoqués pour une réinterprétation en trois dimensions. La pomme d’Eve devient la terre elle-même, croquée de tous les côtés, et la chute s’entend comme l’échec d’une industrialisation à outrance.

Les pièces de La Fratrie fonctionnent comme un métalangage pour décrire les enjeux du monde contemporain. Sans vouloir se poser en donneurs de leçons, les deux frères sculptent de petits mondes allégoriques, comme des parties qui vaudraient pour le tout. 

Plaçant l’homme au cœur de son travail, La Fratrie s’empare de la tradition du paysage anthropomorphe pour The Woodsman et Time March on : des visages se lisent dans la pierre, rappelant le lien intrinsèque entre l’homme et la nature. Pour paraphraser Michel Foucault : « Le corps de l’homme est toujours la moitié possible d’un atlas universel» (Les Mots et les Choses, Gallimard, 1966).

Qui osera jeter la première pierre à La Fratrie? Gare, les deux frères ont déjà jeté leur pavé dans la mare.

Publications
Hervé Poulain, On The Road.  L’automobile dans L’art, Editeur : E&c Editions, 2007, 94 pages.

La Fratrie
The fall of Man, 2007. Sculpture en mousse de polyuréthane, plâtre, peinture et matériaux divers. Dimensions : hauteur 71 X 41 X 39 cm, 40 x 69 x 39 cm
House of Magnificent Delights, 2007. Sculpture en mousse de polyuréthane, plâtre, peinture et matériaux divers. Dimensions : 32 x 25 x 22 cm
L’homme forêt, 2007. Photographie.