ART | EXPO

Les formes claires, la vie à la mer

21 Sep - 13 Oct 2018
Vernissage le 20 Sep 2018

L’exposition « Les formes claires, la vie à la mer » à la galerie Loevenbruck, à Paris, présente la pratique pluridisciplinaire, entre création plastique et création cinématographique, de Virginie Barré. Des courts métrages, des sculptures, des dessins et des installations traversés par les thèmes du rêve, de l’enfance, de la mort, de l’ailleurs et du travestissement.

L’exposition « Les formes claires, la vie à la mer » à la galerie Loevenbruck, réunit des films, des sculptures, des dessins et des installations de Virginie Barré qui témoignent d’une continuité créative.

« Les formes claires, la vie à la mer » : films, sculptures, dessins et installations de Virginie Barré

Le travail plastique de Virginie Barré a toujours été marqué par son goût pour le cinéma ; cependant, ce n’est que depuis 2012, avec l’écriture et la réalisation, en collaboration avec Claire Guezengar et Florence Paradeis, de son premier film, le court-métrage Odette Spirite, qu’un tournant a été franchi. Le passage derrière la caméra a notamment fait évoluer le rapport de Virginie Barré à l’objet.

Avec l’intégration dans sa pratique de la réalisation cinématographique, les objets fabriqués par Virginie Barré ont acquis un sens qui les anime et qu’on ne leur connaissait pas. Ces objets constituent une part essentielle des films : il y sont à la fois signes abstraits et signifiants, accessoires et acteurs. Réapparaissant tels des motifs récurrents de film en film, ils se partagent entre objets familiers d’usage, neufs ou d’occasion, et peu ou pas transformés par l’artiste, et objets créés à l’atelier.

Virginie Barré, entre création plastique et création cinématographique

Par l’imbrication entre la création plastique et la création cinématographique, des significations naissent de l’association à l’écran des objets. Ce principe qui s’apparente à celui du montage, traverse toute la pratique de Virginie Barré. Il régit notamment la facette la plus connue de ses réalisations, ses mannequins mis en scène et ses dessins aux traits fins.

L’exposition rassemble les affiches réalisées par Virginie Barré pour chacun de ses courts métrages réalisés par, en référence aux expositions rétrospectives de grands noms du cinéma. On observe parmi ces films deux catégories : ceux qui résultent d’une vraie logistique de tournage, comme Le Rêve géométrique et Odette Spirite, et ceux qui résultent d’une approche plus directe, comme La Forme des rêves. Tous cependant sont porteurs des thématiques qui traversent l’ensemble de la production de Virginie Barré : le rêve, l’enfance, la mort, l’ailleurs, le travestissement…

On découvre également deux mannequins, Joséphine et Simone, créés après et d’après le film Le Rêve géométrique. L’installation La Table japonaise qui met en scène divers objets associés est représentative d’un nouveau type d’installations abstraites apparu dans le travail de l’artiste avec ses premiers films, où l’agencement des objets semble répondre à une volonté de narration.