DESIGN | EXPO

Sidewalk

14 Juin - 10 Août 2018
Vernissage le 14 Juin 2018 à partir de 18:00

Toujours à l'affût, la galerie Surface de Saint-Étienne offre des pastilles énergisantes de design contemporain. Espace-vitrine, pour sa nouvelle exposition, Surface a laissé carte blanche au designer graphique Vincent Gebel. Qui livre l'installation graphique sur mesure, Sidewalk.

Graphiste et directeur artistique, Vincent Gebel conçoit des identités graphiques sur différents supports — imprimés, digitaux, internet… Et ce, pour différents types d’entités — bibliothèques, artistes, galeries, musées, à l’instar des Éditions de la Cité du design de Saint-Étienne… Un travail qui requiert une attention des plus fines à ce qui particularise chaque entité, y compris dans ses multiples déclinaisons. Galerie atypique attachée à valoriser le design contemporain, Surface lui a proposé une carte blanche. Espace-vitrine constamment visible depuis la rue, la galerie Surface offre ainsi un site d’exposition à la fois spatialement ramassé et temporellement très étendu (vingt-quatre heures sur vingt-quatre durant l’exposition). Attaché à réaliser des projets sur mesure, pour son exposition à la galerie Surface Vincent Gebel a conçu l’installation graphique Sidewalk. Une pièce qui joue sur les transparences, ainsi que sur les mouvements des passants, devant la vitrine.

Exposition « Sidewalk » de Vincent Gebel : une installation graphique sur mesure

Œuvre conçue pour n’être vue que depuis la rue, Sidewalk évoque un pas de danse. Ce pas de côté, qui, proche du moonwalk, donne l’illusion d’un flottement. Celui qui l’exécute semble glisser sur le côté. Jouant avec cette notion de déplacement, Vincent Gebel dévoile ici une création qui incite les passants à s’arrêter. À revenir en arrière ou faire un pas de côté… Plusieurs pas de côté, pour mieux saisir ce qui se passe. Faisant intervenir deux couleurs vives, le rouge et le cyan, l’installation Sidewalk joue sur les transparences exclusives — une ligne rouge, vue à travers un filtre rouge, disparaît. Pour une installation graphique qui mobilise également les deux premières couleurs utilisées pour stimuler la vision en 3D par l’intermédiaire de lunettes colorées (stéréoscopie et anaglyphes en rouge et cyan). Jeu de composition en volume, l’exposition « Sidewalk » est une œuvre à expérimenter in situ.

Design d’expérience : un graphisme qui s’assemble dans la perception des passants

En tant qu’installation, Sidewalk se compose de larges portions adhésives de cercles, rouges et cyans translucides, apposées à la vitrine. Sur le fond blanc, à l’aune d’une profondeur avoisinant le mètre cinquante, deux jeux de lignes s’esquissent. Un entrelacs bleu, rappelant les reflets à la surface des piscines. Pour une ligne souple et ondoyante, traçant ainsi un chemin sinueux à travers le filtre rouge. L’autre jeu de lignes rouges, plus rigide, compose quant à lui une forme parallélépipédique. Là aussi, la forme se (dé)structure à la faveur des filtres s’interposant entre œil et dessin. Jeu graphique sur les superpositions, Sidewalk entrelace des surfaces qui, en incitant au déplacement, composent des volumes variables. Design de perception, l’usager est ainsi invité à composer activement sa synthèse, son expérience graphique. Et ce, en combinant par son mouvement les différents éléments visuels mis à sa disposition. Un jeu de profondeurs, à la galerie Surface.