PHOTO

Transfert et transfiguration

PMuriel Denet
@12 Jan 2008

Par un proche de Support/Surface, de grandes fresques colorées et aériennes qui utilisent le mur d’exposition comme support et réceptacle de la mise à plat de carapaces évidées obtenues par moulage d’autres murs… Une histoire de surface à habiter, autant dire à transfigurer.

Max Charvolen déploie sur les murs du Credac de grandes fresques colorées et aériennes. Fixes, elles n’en sont pas moins déplaçables, délocalisables. Ce paradoxe tient à l’utilisation du mur d’exposition comme support et réceptacle de la mise à plat d’une sorte d’écorce en longs lambeaux effilés.

Ces carapaces évidées ont été obtenues par moulage d’autres murs. Une superposition de rectangles de toile vierge, enduits d’acrylique coloré ou non, a recouvert le bâti d’un lieu élu par l’artiste. Puis, rendu à son usage habituel, il est livré aux passages, et au travail qui s’y effectuent, qui encrassent alors les parties en contact avec les corps.

L’empreinte du lieu devient aussi celle de son occupation, comme une peau en prise directe avec la vie, qui est ensuite arrachée, puis incisée pour se déployer en bandes tentaculaires à même les murs d’exposition. Marches noircies et contremarches claires, les escaliers montent au ciel dans la tradition de la peinture illusionniste des fresques antiques, alors que les lancers de couleurs s’agrippent, grimpent et ouvrent l’espace, dans une fusion baroque du lieu originel et du lieu d’accueil.

Le transfert ainsi opéré, et le travail de réduction/extension des volumes en deux dimensions, sont pour Max Charvolen, qui fut un temps proche de Support/Surface, les actes clefs de la peinture : une histoire de surface à habiter, autant dire à transfigurer.

Max Charvolen
À Vallauris, 13 rue des Tours. Escalier, murs, série « Sondes et poulpes », 2001. 260 x 165 cm.
À Vallauris, 13 rue des Tours. Palier, huisserie, série des « Sondes et poulpes », 2001. 383 x 159 cm.
À Limoges, atelier Arsénica, 2000. Colle acrylique, colle non colorée, pigments. 700 x 900 cm.
Arles, musée Réattu, le petit escalier en vis, 2001. Colle acrylique, colle non colorée, pigments. 880 x 590 cm.
À Vallauris, 13 rue des Tours. Escalier, murs, séries « Sondes et poulpes », 2001. Colle acrylique, colle non colorée, pigments. 1171 x 692 cm.
Études de mises à plat, Vallauris, 1999-2000. 9 pièces.
Mine de plomb à Vallauris, 1999.