DESIGN | OBJET

Traits d’union Design

Duo de designers composé de Linda Bayon et Anouch Hachmanian, Traits d’union Design défend l’idée d’un « design émotionnel » donnant forme et vie aux objets. Ludiques, personnalisables et fonctionnelles, leurs créations se présentent comme des sculptures totémiques faites de matières superposées et de couleurs assemblées.

Anouche Hachmanian et Linda Bayon forment un duo de designers fondé sur une volonté et une vision du design communes. Décidant de s’associer et concevoir leur premier projet lors du concours de la Paris Design Week 2015, elles travaillent librement à des créations individuelles ou communes, envisageant certainement de créer à l’avenir leur propre studio de design. La conception et la réalisation du paravent Ekko marque ainsi le début de leur collaboration autour de réflexions complémentaires sur les couleurs et formes. Ne retrouve-t-on pas dans leurs projets une même géométrie faite de parallèles, de diagonales, et de quadrillages ?

Traits d’union design : influences

Différences et complémentarités peuvent aussi se percevoir dans les influences revendiquées de Traits d’union Design. Se référant volontiers à l’architecte Zaha Hadid ou à Arik Lévy, dont elle apprécie la synthèse du design et de l’art, Anouche Hachmanian se révèle par ailleurs sensible à l’esprit du Bauhaus. Linda Bayon, quant à elle, se tourne volontiers vers Jaime Hayon auprès duquel elle peut trouver à s’inspirer de son jeu sur les couleurs, et l’élégante simplicité d’Erwan et Ronan Bouroullec.

Traits d’union design : susciter des émotions

Individuelles ou communes, leurs créations répondent à une vision particulière du design. Leurs pratiques respectives se rejoignent pour définir un « design émotionnel » dont l’intention, précise Anouche Hachmanian, « n’est pas d’imposer un objet mais de traduire et de faire naître une émotion. »

S’accordant à constater l’inertie et la froideur des objets contemporains, Anouche Hachmanian et Linda Bayon entendent établir un rapport différent à ces derniers et se défaire de leur froide staticité. Il importe donc de donner aux objets créés « une âme, de les animer, de les rendre un peu plus proches de nous, de créer une sorte de relation sentimentale à l’objet », dit Linda Bayon. Et une même volonté anime certainement Anouche Hachmanian qui recourt souvent aux souvenirs d’enfance pour souligner la capacité d’évocation de l’objet.