DESIGN | EXPO

Liquid

15 Mar - 12 Mai 2018

Exposition collective ruisselant entre art et design, "Liquid" présente une vingtaine de pièces aux allures ondoyantes. Pour une exposition thématique consacrée à l’esthétique des fluides, par le prisme des designers Tora Urup, Mathias Bengtsson, Grethe Soerensen, Mikko Paakkanen et Rodolphe Proverbio.

Raffinée, l’exposition collective « Liquid », à la Galerie Maria Wettergren, offre une plongée dans la fluidité, les transparences et les jeux de lumière. Autrement dit, dans les manières de transmettre à la matière solide le pouvoir d’évocation des formes liquides. Réunissant cinq artistes (quatre designers scandinaves et un photographe français), « Liquid » démultiplie les approches. Par le prisme du verre soufflé, de la tapisserie, de la photographie ou encore du bronze, se dessine ainsi l’esquisse d’une esthétique du liquide. Pièces sensuelles et ondoyantes, aux éclats miroitants, chaque œuvre interroge la possibilité de saisir une dynamique des fluides, sans en altérer la perception. Tora Urup et Mikko Paakkanen par des sculptures en verre travaillé à la main. Grethe Soerensen avec des tapisseries en tissage jacquard reflétant des jeux d’eau. Mathias Bengtsson avec une assise en bronze aussi ondulante que proliférante. Et Rodolphe Proverbio, par des photographies aux Formes Fluides.

« liquid » à la Galerie Maria Wettergren : un design solide aux reflets liquides

L’exposition « Liquid » est ainsi traversée par la question de savoir si l’esthétique du fluide peut être définie de manière générale, indépendamment des matériaux. Ou si, au contraire, elle découle des propriétés particulières de chaque medium. Variant alors en fonction des matériaux, des techniques qu’ils impliquent. Avec ses tapisseries de la collection Water Mirror, Grethe Soerensen se focalise par exemple sur un phénomène optique aussi courant que complexe. Soient les effets de sun glitter [scintillement ou paillettes de soleil] ou de glimmering water [eau étincelante] ; termes anglais désignant des phénomènes de caustiques. Ces résultantes visibles des différentes déviations subies par les photons traversant (et se réfléchissant sur) des surfaces et épaisseurs translucides. À l’instar des reflets de soleil sur l’océan. Par ses tapisseries, la designer danoise Grethe Soerensen met ainsi en lumière la poétique des propriétés optiques des liquides (réfraction, diffraction, réflexion).

Une exposition en jeux de lumières, avec Tora Urup, Mathias Bengtsson…

Les transparences sont également constitutives des œuvres de Tora Urup. Designer danoise, Tora Urup crée des pièces en verre massif, aux densités et translucidités diverses. Pour des jeux de caustiques d’autant plus élaborés. Et si en première instance le titre « Liquid » évoque des substances telle l’eau, c’est pour mieux laisser la lumière s’infiltrer dans l’équation. Les photographies de Rodolphe Proverbio sont à ce titre emblématiques du rapport ondoyant à la lumière. Autre designer du verre, l’artiste finnois Mikko Paakkanen déploie quant à lui des sculptures aux formes résolument sensuelles. Pour des pièces tout en écoulements de transparences. Enfin, la chaise du designer danois Mathias Bengtsson, Growth, semble n’être faite que de son propre reflet. Offrant une pièce en bronze ajouré, matériellement immobile mais perceptuellement dansante. Comme vacillant du paisible mouvement des liquides lumineux. Le tout esquissant ainsi une exposition, « Liquid », aux propriétés optiques et poétiques captivantes.