PHOTO | EXPO

The Market

29 Sep - 25 Nov 2017
Vernissage le 28 Sep 2017

L’exposition « The Market » à la galerie lyonnaise Le Bleu du ciel présente un projet réalisé par Mark Curran autour du monde de la finance. Dans une démarche sociologique, ethnographique et anthropologique, des photographies, vidéos et installations sonores tentent de rendre visible cet univers opaque et anxiogène.

L’exposition « The Market » à la galerie Le Bleu du ciel, à Lyon, dévoile des photographies, vidéos et installations sonores de Mark Curran, fruits d’un projet particulier, à la fois artistique et sociologique : rendre visible le monde de la finance.

The Market, un projet de Mark Curran autour du monde de la finance

La série de Mark Curran intitulée The Market s’inscrit dans une démarche qui fait de la photographie un outil sociologique, ethnographique et anthropologique. Son enjeu est de parvenir à matérialiser une notion qui demeure souvent abstraite, le capital, en rompant un peu l’écran de silence et de discrétion qui entoure le monde de la finance.

Pour y parvenir, Mark Curran a mené pendant presque deux ans un travail documentaire : il s’est rendu dans différentes places financières à Francfort, à la bourse de Dublin, à la city de Londres et à la bourse de marchandises d’Addis-Abeba, où il a patiemment noué des contacts avec des directeurs, des employés des banques et des traders pour que ces derniers acceptent de parler de leur travail ou de se faire photographier. Un travail d’approche des sites et des personnes qui a demandé environ un an et demi et qui constitue une partie importante du projet. Il révèle en effet la peur qu’ont les acteurs du marché à se livrer.

Photographies, vidéos et installations sonores montrent un univers opaque et anxiogène

L’exposition mêle photographies, vidéos et installations sonores. Une bande sonore intitulée The Normalisation of Deviance, transpose en musique des algorithmes qui correspondent à l’utilisation du mot « marché » dans les discours officiels du commissaire européen Pierre Moscovici. Diffusée en sourdine, elle forme une présence hypnotique et inquiétante qui génère une tension omniprésente.

Les photographies de Mark Curran sont des portraits de banquiers comme dans Matthew, Banker, réalisé à Canary Wharf, à Londres en 2013, après deux ans de négociation, de traders, d’experts de la finance, ou des détails de lieux comme Bell, Decommissioned Trading Floor, prise à la Irish Stock Exchange (Bourse de Dublin) en 2012, après un an de négociation. Toutes sont caractérisées par une atmosphère presque irréelle, désincarnée et glaciale. Une certaine étrangeté se dégage des portraits d’individus qui semblent perdre leur habituelle contenance, leur assurance conquérante. Les visages apparaissent tels des masques illusoires et les expressions se défont. A travers elles, Mark Curran parvient à rendre visible l’univers opaque de la finance et à transmettre son atmosphère anxiogène.