PHOTO | EXPO

The Becket Pictures

20 Mai - 17 Sep 2017

L’exposition « The Becket Pictures » au FRAC Auvergne présente les photographies de Gregory Crewdson, une mise en scène méticuleuse et quasi cinématographique d’une humanité rongée par ses névroses, l’ennui et l’angoisse.

L’exposition « The Becket Pictures » au Fonds régional d’art contemporain Auvergne permet de découvrir l’œuvre photographique de Gregory Crewdson, à l’occasion de la sortie du livre du même titre.

Les photographies cinématographiques de Gregory Crewdson

Internationalement reconnu, le travail de Gregory Crewdson bénéficie de sa première exposition au sein d’une institution française. Celle-ci rassemble les séries photographiques intitulées Fireflies et Cathedral of the Pines, réalisées respectivement en 1996 et 2013-2014 et plusieurs photographies issues de la série Beneath the Roses, réalisée de 2003 à 2008.

Les soixante-et-une photographies constituant la série Fireflies sont les seules dans la carrière de Gregory Crewdson à relever d’un mode opératoire simple, faisant uniquement appel au photographe et à son appareil. Conçues au cours des deux mois de l’été 1996 avec des moyens rudimentaires, elles fixent les ballets nuptiaux de milliers de lucioles à la tombée de la nuit. L’ensemble, témoignant d’une beauté fragile et fugace, revient ainsi à la motivation première de l’acte artistique qui est de garder une trace des choses vues.

« The Becket Pictures » : une mise en scène de la névrose et de l’angoisse

La série Cathedral of the Pines, réalisée plus de quinze ans après, permet de mesurer la progression technique et esthétique de Gregory Crewdson. Dans ces clichés réalisés comme la série Fireflies près de Becket, dans le Massachusetts, petite ville où l’artiste a passé une partie de son enfance, s’affirme la caractéristique dominante du travail photographique de Gregory Crewdson, à savoir une réalisation quasi cinématographique des images.

Les œuvres de Gregory Crewdson, comme en témoignent également les six photographies issues de la série Beneath the Roses, sont semblables à des images extraites de films qui n’existent pas. Elles fixent des moments suspendus dans le temps, sans donner plus d’information sur l’avant ou l’après. Réalisées dans des décors naturels précisément sélectionnés ou dans des décors créés en studio avec des équipes conséquentes, elles fixent des tableaux aux tonalités sombres, marquées par une angoisse latente où les protagonistes semblent hantés par l’ennui, la vacuité de l’existence voire la névrose.