ART | EXPO

The Ballad

24 Jan - 11 Mar 2017
Vernissage le 23 Jan 2017

L’exposition « The Ballad » à la Fondation d’entreprise Ricard présente les œuvres de Caroline Mesquita. Des sculptures en métal de forme et de taille humaines sont mises en scène dans des compositions pleines de vie qui brouillent les limites entre humains et androïdes et entre réalité et fiction.

L’exposition « The Ballad » présente les sculptures de Caroline Mesquita à la Fondation d’entreprise Ricard, à Paris. Les personnages en métal de la jeune artiste française nous invite à interagir avec eux.

Le métal prend vie dans les personnages de Caroline Mesquita

Le titre de l’exposition, « The Ballad » reflète ce qu’elle est censée représenter pour le visiteur : plus qu’un parcours au milieu d’œuvres d’art, c’est une promenade joyeuse, la participation à une fête publique, au cours de laquelle les êtres humains communient avec les créatures imaginées par Caroline Mesquita.

La démarche sculpturale de Caroline Mesquita fait cohabiter rigidité métallique et mouvements de la chair et des corps vivants. Ou plutôt, elle plie l’habituelle froideur et raideur du métal à ses visions colorées et pleines de vie. Ses sculptures sont réalisées en plaques de cuivre ou de laiton : un choix qui permet d’introduire une couleur chaude, à l’opposé du gris acier. Ces plaques ne sont pas utilisées telles quelles, sous la forme de panneaux plats qui s’assembleraient en formant des zones anguleuses, mais systématiquement roulées pour constituer des éléments tout en rondeur. Enfin, ils sont traités de diverses manières : oxydés ou recouvertes de peinture aux teintes éclatantes.

Des sculptures qui brouillent les limites entre réalité et fiction

L’installation Pink Everywhere réunit plusieurs de ces personnages métalliques à taille humaine dans ce qui ressemble à une danse ou une procession où des créatures debout esquissent des mouvements festifs tandis que d’autres gisent à leurs pieds, couchés ou assis, comme assommés par d’excessives réjouissances. Dans la sculpture Cream Sacrifice, un personnage est fixé à une structure pointue et semble agité de mouvements désespérés pour s’en délivrer.

Le parcours est jalonné par des vidéos dans lesquelles Caroline Mesquita se met en scène au milieu de ses sculptures. Elle apparaît notamment, plus ou moins vêtue, allongée parmi les « corps » métalliques étalés sur le sol de l’ensemble Pink Everywhere, comme si elle était une des leurs. Par l’interaction qu’elle expose ainsi entre elle et ses créations s’insinue un brouillage des limites entre humains et androïdes, entre réalité et fiction. De la même façon, l’interaction suggérée entre les mannequins, leurs danses et leurs gestes d’affection, nous invitent à interagir nous-mêmes avec eux, amorçant l’idée de nouvelles frontières de l’humain et de nouvelles modalités de vie en commun.