Cette page a été un peu chahutées en passant de l’ancien au nouveau site, les corrections sont en cours.  
Non classé

Tableau périodique des éléments, ou la trahison de Nessos

03 Nov - 18 Nov 2010
Vernissage le 09 Nov 2010

L’exposition propose une typographie des pratiques d’inscription sur le corps (visages grimés des carnavals, tatouages, branding et autres scarifications). Elle donnera lieu à une table ronde et un cycle de projections.

Communiqué de presse
Charlotte Cardonne, Gilles Desonis, Laetitia Ferrer, Georges Mutsianos
Tableau périodique des éléments, ou la trahison de Nessos
Mois de la Photo off 2010

L’inscription sur le corps est une pratique largement rependue, celle des visages grimés des carnavals, celle des tatouages, branding et autres scarifications.

Bien que fortement disparate, toutes ces pratiques ont en commun une volonté de transmettre un message, d’afficher une identité ou une appartenance que le langage verbal ne saurait exprimer. Tour à tour ludique, revendicatrice, clownesque, militante, autiste, festive, les peaux se mettent à inventer un langage visuel.

«Tableau périodique des éléments, ou la trahison de Nessos» propose une typographie singulière de ces pratiques. Cette proposition doit être lue comme un cadeau empoisonné, à la manière de la toison de Nessos du mythe antique.

Evénements autour de l’exposition
— Vendredi 5 novembre. 19h.
Table-ronde: «Y a-t-il une actualité de la photographie?» avec André Rouillé, auteur de La Photographie, Paris, Gallimard, 2005, maître de conférence, critique d’art et directeur de publication de paris-art.com et Maxence Alcade, critique d’art et enseignant-chercheur à l’Université Paris 8.

— Mardi 9 novembre. A partir de 18h.
Vernissage: Beautiful Art, dans le cadre de la Nuit Parcours Est du Mois de la Photo off.
Photos de Laetitia Ferrer, Charlotte Cardonne, Gilles Dysek, Georges Mutsianos

Commissariat: Maxence Alcalde

— Vendredi 12 novembre. 19h.

Cycle de projections vidéo avec les vidéos de Laetitia Ferrer, Marina Friscira, Marcus Lahoud, Sandra Suarez