ART | EXPO

Supplément

16 Juin - 30 Sep 2017
Vernissage le 15 Juin 2017

L’exposition « Supplément » présente l’installation éponyme de Quentin Lefranc, fruit d’une carte blanche offerte par l’association MPVite. L’œuvre, réalisée in situ autour du blockhaus du Hub, sur l’île de Nantes, fait de la peinture un espace ancré dans le réel et explore les possibilités d’hybridation du tableau.

L’exposition « Supplément » dévoile une nouvelle œuvre de Quentin Lefranc : une installation réalisée in situ sur le blockhaus du Hub, situé sur l’île de Nantes. Cette création en plein air met en perspective la peinture, ses limites, sa définition et son rapport au réel et à l’espace.

Supplément, une installation in situ en plein air

La nouvelle création de Quentin Lefranc a été réalisée à l’invitation de l’association Manifestement Peint Vite, en partenariat avec celle du Hub. Elle s’inscrit dans le cadre du Voyage à Nantes 2017, un parcours qui, comme chaque été, relie des œuvres d’art contemporain disséminées à travers la ville, investissant rues et sites patrimoniaux. Pour l’occasion, une carte blanche a été offerte à Quentin Lefranc qui a conçu une installation visible en accès libre, autour du blockhaus du Hub, sur l’île de Nantes.

L’installation de Quentin Lefranc, intitulée Supplément, dépasse les questionnements autour de la peinture qui ont agité la pratique de nombreux artistes du vingtième siècle. Quentin Lefranc a choisi de focaliser sa réflexion non pas sur les limites du tableau, mais sur son potentiel d’hybridation, de composition et de spatialisation.

Quentin Lefranc explore les possibilités spatiales de la peinture

Déterminée par les spécificités du site, l’installation Supplément est constituée de châssis et de plans peints de très grande dimension qui sont accrochés sur les quatre murs extérieurs du bunker. Son titre Supplément renvoie aux multiples interprétations qu’elle suscite et qui s’ajoute une à une à chaque nouveau regard, dans une confusion volontaire.

L’œuvre prend pour point de départ les fondements de la peinture, à avoir le panneau peint et le châssis, pour finalement faire vaciller toute définition établie de la notion de peinture. Inversant espace intérieur et architecture externe, elle entretient un statut ambigu entre surface comme des parois et support comme des cimaises, entre peinture et architecture, élément de structure et décor. S’opposant aux définitions traditionnelles du tableau, qui en font le lieu de l’illusion hors de la réalité, l’installation de Quentin Lefranc affirme l’inscription de la peinture dans le réel.