DANSE | SPECTACLE

Put Your Heart Under Your Feet… And Walk! – à Elu

22 Nov - 23 Nov 2018

Il y a des rituels de deuil qui se conforment aux traditions. Et puis il y a des deuils qui doivent créer leurs propres rituels. Avec Put Your Heart Under Your Feet... And Walk! - à Elu, Steven Cohen livre une performance funéraire à la (dé)mesure de son compagnon, décédé en 2017.

Comment continuer après la perte de l’être aimé ? Entre impossibilité d’avancer et trivialité d’en être finalement capable ? En 2017, le chorégraphe sud-africain Steven Cohen perd son compagnon, Elu, après vingt années de vie partagée. La pièce Put Your Heart Under Your Feet… And Walk! – à Elu (2017) trouve un milieu entre ces deux insupportables. « Mets ton cœur sous tes pieds… Et marche! » Le titre de la pièce reprend le conseil alors donné par Nomsa, mère adoptive de Steven Cohen. Âgée de 96 ans, elle aussi est depuis lors décédée. Artiste performeur, Steven Cohen cultive une pratique du corps qui oscille entre Body Art, Actionnisme viennois, travestissement sophistiqué et prothèses post-humaines. Répondant à la mort par l’art, sur scène Steven Cohen s’avance ainsi lentement. Sur de longues extensions de pieds, à résonance fétichiste, montées sur des cercueils. Pour une danse hybride, bercée de vidéos à l’esthétique aussi captivante que douloureuse.

Put Your Heart Under Your Feet… And Walk! – à Elu de Steven Cohen : danser après la mort

Tout est beau dans le spectacle Put Your Heart Under Your Feet… And Walk! – à Elu Tout est travaillé pour être beau et raffiné. Jusque dans la danse performée dans un abattoir, avec des carcasses sculpturales et du sang perlant comme des rubis, ou du vin. Esthétisation maximale, par celui qui écrase son cœur à chaque pas, sans pour autant y perdre sa maîtrise. Sur une musique allant de la voix enveloppante de Leonard Cohen à Marianne Faithfull (Boulevard Of Broken Dreams). Tout est monstrueusement beau et calme, dans cette vie, ou cette mort, qui continue. Images tournées clandestinement dans un abattoir ; sang giclant des carotides ; cérémonie funéraire au cours de laquelle Steven Cohen a ingéré une partie des cendres de son conjoint… Le raffinement de la mise en scène laisse néanmoins deviner quelques heures sombres. Les effets et artifices faisant alors office de prothèses de survie.

Rituel funéraire chorégraphique : performer le performatif de l’amour et des promesses

« Je serai ta tombe. » Telle est la promesse faite au danseur Elu, sur son lit de mort. Performatives, les promesses ne sont que cela. Et le performeur Steven Cohen creuse le sillon des symboles. Danseur homosexuel dans un pays divisé par l’apartheid, Elu aura donné son prénom à sa compagnie, pour « Elephant, Lion, Unicorn ». Couple ayant résisté au racisme et à l’homophobie, Steven Cohen a perdu son compagnon d’art et d’armes. Ou plutôt a-t-il gagné une nouvelle pesanteur. « Attention ! Le couple d’artistes en marge débarque, l’un est mort, l’autre vit pour deux. » Des mots qui esquissent la coloration de Put Your Heart Under Your Feet… And Walk! – à Elu. Entre équilibre et pondération, la pièce célèbre l’insolente beauté. Celle qui traque les êtres jusqu’au fond du deuil pour leur arracher un émerveillement. Une beauté que Steven Cohen embrasse à bras le corps.