ART | EXPO

Retrouvailles avec des amis inconnus

13 Jan - 24 Fév 2018
Vernissage le 13 Jan 2018

L’exposition « Retrouvailles avec des amis inconnus » à la galerie Anne Barrault, à Paris, dévoile de nouvelles installations de Stéphanie Saadé, jeune artiste libanaise. Détournant avec simplicité des objets du quotidien, ces œuvres à la fois conceptuelles et sensibles évoquent le temps, la mémoire et la nostalgie.

L’exposition « Retrouvailles avec des amis inconnus » à la galerie parisienne Anne Barrault présente de nouvelles œuvres de la jeune artiste libanaise Stéphanie Saadé, des installations à la fois conceptuelles et sensibles à la forte dimension performative.

Les installations de Stéphanie Saadé sont hantées par la mémoire et la nostalgie

Nourries d’une vie entre Beyrouth, au Liban, Maastricht, aux Pays-Bas et Paris, les installations de Stéphanie Saadé résultent le plus souvent de détournements d’objets du quotidien et de manipulations simples qui lui permettent de modifier le sens ou la valeur d’éléments empreints de romanesque et sentimentalité. Ainsi l’œuvre intitulée Evasion se contente-t-elle de suggérer une situation à travers un simple emballage de chocolat usagé sur lequel sont inscrits le mot « évasion » puis un numéro de téléphone.

L’installation Contemplating An Old Memory a recours à l’organique pour exprimer les notions essentielles que sont le temps, la mémoire et la nostalgie dans l’œuvre de Stéphanie Saadé. Une lentille mise à germer le jour du vernissage de l’exposition est placée à côté de son moulage réalisé en or. Au fil des jours se crée un écart entre les deux graines, la vraie s’éloignant verticalement et horizontalement de la réplique de ce qu’elle était, à mesure qu’elle pousse. Une métaphore de l’avancée en âge, de l’évolution individuelle mais aussi du passé et des souvenirs que l’on en garde, comme figé dans l’or.

« Retrouvailles avec des amis inconnus », une exposition performative

A la fois métaphoriques, conceptuelles et sensibles, les installations de Stéphanie Saadé parviennent par la suggestion et le mystère poétique à atteindre les souvenirs personnels et collectifs qui nous constituent. Leur dimension performative se vérifiera le jour du vernissage de l’exposition, lorsque trente-quatre personnes qui viendront d’avoir trente-cinq ans seront invitées par l’artiste à fêter avec elle « d’inattendues retrouvailles. »