ART | EXPO

U+25A6

01 Fév - 15 Avr 2018
Vernissage le 31 Jan 2018

L’exposition « U+25A6 » au Frac Île-de-France réunit des peintures et des sculptures de Stéphane Dafflon dans lesquelles l’abstraction, agissant sur l’architecture du lieu, devient un outil de modification de la perception visuelle et physique.

L’exposition « U+25A6 » au site parisien du Plateau du Fonds régional d’art contemporain Île-de-France présente de nouvelles œuvres abstraites de l’artiste suisse Stéphane Dafflon : des peintures, sculptures et adhésifs muraux qui visent à modifier notre perception du réel.

Les peintures abstraites de Stéphane Dafflon modifient la perception

Les œuvres de Stéphane Dafflon investissent les espaces du Plateau en les réaménageant virtuellement par une intervention qui relève autant de la peinture que de l’architecture. Sous leur apparence simple, les abstractions visuelles développées par Stéphane Dafflon, faites d’aplats homogènes et lisses, de couleurs primaires et de motifs géométriques aux contours précis, tendent à contrarier notre perception du réel.

Une série d’adhésifs muraux décline des nuanciers de couleurs infinis qui génèrent dans l’espace une intensité vibratoire, comme si une onde se propageait à travers le lieu et épousait ses structures. Un effet qui trouve sa source dans le processus créatif de Stéphane Dafflon dont le travail pictural, créé sur ordinateur avant d’être transposé sur une toile ou sur un mur, est toujours conçu pour une architecture précise, à laquelle il doit s’intégrer et sur laquelle il doit agir pour modifier la perception visuelle et physique qu’en a le spectateur.

Les œuvres de Stéphane Dafflon interagissent avec l’architecture du lieu

Aux réalisations picturales de Stéphane Dafflon font écho des sculptures en bois, plexiglas translucide ou acier inoxydable. Recouverts de peinture ou présentant des surfaces miroitantes, ces objets en trois dimensions également abstraits qu’il développe depuis quelques années répondent aux motifs en deux dimensions déployées sur les murs par les peintures. Du dialogue entre sculptures et peintures naissent des reflets, des croisements, hybridations et confusions, qui amplifient les interactions entre les œuvres et leur environnement, confèrent à l’espace de nouvelles perspectives.